La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Un labo très surveillé

L’inquiétude est palpable dans les animaleries avant le scrutin. Reportage à l’Université de Fribourg

Oriana Coquoz, laborantine en biologie spécialisée, manipule une souris «black 6». © Charly Rappo
Oriana Coquoz, laborantine en biologie spécialisée, manipule une souris «black 6». © Charly Rappo

Igor Cardellini

Publié le 21.01.2022

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Partager cet article sur:

Expérimentation » Un large hall. Une centaine de cages pour rongeurs en polycarbonate empilées les unes sur les autres et qui encombrent l’espace. Les habitats confinés, entreposés dans l’une des animaleries de la Faculté des sciences et de médecine de l’Université de Fribourg, ont été préparés soigneusement. Ils doivent accueillir les souris de laboratoire destinées à être utilisées aux fins de la recherche dans les semaines et mois à venir. Si l’initiative visant à interdire l’expérimentation animale et humaine a peu de chances de l’emporter en votation le 13 février, elle n’en inquiète pas moins le personnel du labo.

C’est notamment le cas de Curzio Ruegg, spécialiste en oncologie de l’université, qui estime les revendica

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00