La Liberté

Le Burkina n’est plus «sûr»

Partager cet article sur:
16.04.2021

Migration » Le Burkina Faso ne fera plus partie de la liste des pays sûrs, considérés comme exempts de persécutions par la Suisse, à partir du 1er mai. La situation sécuritaire s’est continuellement détériorée dans ce pays au cours des cinq dernières années, souligne le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM).

Ces dernières années, le nombre de personnes déplacées à l’intérieur des frontières s’est massivement accru. A la fin 2018, le Burkina Faso en comptait près de 47 000 et un an plus tard, plus d’un million, pour une population d’environ 20 millions d’habitants. Une amélioration rapide de la situation dans le pays ne semble pas réaliste, précise le SEM à Keystone-ATS.

Les critères pour déterminer qu’un Etat est exempt de persécutions ne sont plus remplis pour le Burkina Faso. Ils prennent en compte divers éléments dont la stabilité politique, le respect des droits de l’homme, l’avis des autres pays membres de l’UE ou encore celui du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Ce retrait de la liste n’entrainera «quasiment aucun» changement pour les procédures d’asile concernant les ressortissants de ce pays. En 2021, il n’y a eu aucune demande d’asile déposée par des ressortissants du Burkina Faso. ATS

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00