La Liberté

La burqa à l’ère du masque

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Partager cet article sur:
19.01.2021

La votation sur l’interdiction de se dissimuler le visage tombe comme un paradoxe en pleine crise sanitaire, alors que les masques ont envahi l’espace public. Karin Keller-Sutter a lancé ce mardi la campagne du «non»

Philippe Castella

Politique » La scène était un brin cocasse ce mardi: couverte d’un élégant masque en tissu noir moucheté de formes géométriques, Karin Keller-Sutter est venue lancer devant les médias la campagne du non à l’initiative antiburqa, qui vise une interdiction de se dissimuler le visage en public. Impossible d’esquiver ce paradoxe: «Il y a un an, il était encore inimaginable pour nous qu’à cause de la crise du coronavirus, on doive aujourd’hui tous porter un masque», a déclaré la conseillère fédérale en ouverture. «Je ne m’y suis toujours pas habituée», a-t-elle confessé. «Quand on se rencontre, on doit pouvoir voir le visage de l’autre, car on peut y lire beaucoup de choses.»

Voir le visage de l’autre comme fondement des relations humaines dans nos sociét&ea

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00