La Liberté

Le sport oui, mais après?

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Partager cet article sur:
01.10.2021

Parole d’expert

Carrière. A l’âge de 18 ans, quand j’ai exprimé à mon père le désir de me lancer dans la musique, sa réponse fut sans équivoque: «Fais d’abord un apprentissage, et ensuite tu entreprendras ce que tu veux!» Une fois mon CFC de mécanicien en poche, c’était la compétition moto qui me fascinait. A ce moment, j’avais 20 ans, et surtout un métier pour me retourner si mon projet devait capoter.

Aujourd’hui, la situation a bien changé. A l’instar de nombreux sports, il s’est révélé que plus les jeunes commençaient la moto précocement, plus grandes étaient leurs chances de développer leur talent. Eh oui, dans certains pays, il existe des écoles où il est possible de commencer la formation de pilote dès l’âge de 5 ans! A cet âge-là, il est légitime de se poser la question au sujet de la motivation initiale d’un tel projet: est-il le propre de l’enfant lui-même ou s’inscrit-il dans le vœu des parents de réaliser leur rêve à travers lui?

L’exemple de Lüthi

De ce fait,

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00