La Liberté

Un immense défi pour l’Allemagne

La Mannschaft doit redevenir une sélection de grand tournoi à 18 mois d’un Euro organisé chez elle

Publié le 03.12.2022

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Coupe du monde » A la tête de la sélection depuis un peu plus d’un an, Hansi Flick se trouve devant un immense défi à relever en l’espace de 18 mois: refaire de l’Allemagne une sélection de grand tournoi pour son Euro à domicile. «On doit être honnêtes avec nous-mêmes. Depuis quatre ans, tout ne tourne pas rond pour nous», a souligné l’attaquant de la Mannschaft, Kai Havertz, évoquant un «film d’horreur» pour parler de l’élimination de l’Allemagne au Mondial 2022, malgré sa victoire contre le Costa Rica jeudi soir (4-2).

Le constat est limpide: depuis leur victoire aux tirs au but contre l’Italie en quarts de finale de l’Euro 2016, les Allemands ont joué 11 matches en grands tournois et n’en ont remporté que trois, contre la Suède (Mondial 2018), le Portugal (Euro 2021) et le Costa Rica (Mondial 2022). «Nous ne sommes plus une équipe qui brille dans les compétitions majeures. La liste des carences de notre football est très longue», estime l’hebdomadaire Focus. «On pensait qu’après la Russie en 2018, on ne pouvait pas connaître pire. Depuis hier, on sait qu’il existe pire», a fustigé le quotidien Bild dans son édition de vendredi.

«Tomber dans un trou»

L’absence de matches officiels pour l’Allemagne, qualifiée comme pays hôte, d’ici au championnat d’Europe ne va pas faciliter la tâche pour relancer une machine qui n’est plus crainte sur la scène internationale depuis la demi-finale de l’Euro 2016 perdue contre la France (2-0). «Je suis arrivé en 2016, l’Allemagne était toujours en demi-finales. Ce n’est pas facile pour moi à supporter, parce que je suis personnellement associé à cet échec. J’ai un peu peur de tomber dans un trou», a commenté avec franchise Joshua Kimmich, qui a vécu le «jour le plus dur de (sa) carrière» jeudi. «Nos failles sont encore et toujours pointées, on ne doit pas tourner autour du pot», a souligné Thomas Müller en zone mixte jeudi soir. Et la défense allemande reste le principal point d’inquiétude.

Sur le poste de latéral droit, Flick a essayé quatre solutions en trois matches – Niklas Süle contre le Japon, Thilo Kehrer contre l’Espagne, Kimmich puis Lukas Klostermann contre le Costa Rica – toutes aussi peu convaincantes les unes que les autres. Et la défense centrale n’apporte pas plus de garanties. Les contrôles et passements de jambe de Jamal Musiala ont été l’une des rares doses de fraîcheur et d’enthousiasme pour la Mannschaft, et le meneur de jeu de 19 ans représente à coup sûr l’avenir de la sélection. Tout comme l’avant-centre Youssoufa Moukoko, devenu à 18 ans et trois jours le plus jeune Allemand en Coupe du monde, entré en jeu contre le Japon.

Un engouement à créer

Pour rééditer le «Sommermärchen» de 2006, le conte d’été qui avait vu l’Allemagne se hisser en demi-finales de son Mondial à domicile, point de départ d’un enchaînement de six demi-finales consécutives en grande compétition, la sélection allemande devra aussi créer un engouement autour d’elle. Flick sera-t-il toujours à la tête de cette sélection? Lui assure qu’il a envie de continuer l’aventure, mais l’éclat de son étoile après son passage miraculeux au Bayern (notamment un triplé Ligue des champions, Bundesliga, Coupe d’Allemagne en 2020) a perdu de son brillant.

Hier, le président de la Fédération allemande Bernd Neuendorf a renvoyé à une analyse sportive du fiasco et n’a pas donné de blanc-seing à son sélectionneur. Certains demandent sa démission. «Pour moi, c’est exclu que l’on continue avec le même sélectionneur. Nous n’avons plus que 18 mois après cette débâcle jusqu’à l’Euro à la maison. C’était lamentable», a estimé Dietmar Hamann, consultant sur la télévision allemande Sky. Depuis trois décennies, seul Joachim Löw avait résisté à une telle tempête, alors que Berti Vogts (1998), Erich Ribbeck (2000) et Rudi Völler (2004) avaient démissionné. ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • Messi ne sait pas

    Football » Le champion du monde Lionel Messi laisse toujours ouvert son avenir au sein de l’équipe d’Argentine. Une participation à la Coupe du monde 2026 à...
  • pictogramme abonné La Liberté Réponses exigées

    Football » La Nouvelle-Zélande et l’Australie, qui coorganiseront la Coupe du monde féminine 2023, ont réclamé hier «de toute urgence» des réponses de la...
  • Semaine cruciale pour Bâle

    Les Rhénans vont défier deux fois Grasshopper. La place de Frei sur le banc est en jeu
  • Le mea culpa de la police

    Football » L’heure est aux excuses 34 ans après le drame d’Hillsborough.La police britannique a présenté ses excuses hier aux familles des 97 victimes du...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11