La Liberté

Petkovic sur la corde raide

L’ancien sélectionneur de l’équipe de Suisse ne voit pas la vie en rose à Bordeaux

Publié le 30.11.2021

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Football » Bordeaux s’enfonce, après sa défaite 2-1 à domicile contre Brest dimanche dernier, en championnat. L’équipe de Vladimir Petkovic est menacée sur le plan sportif et financier. «Il faut que chacun se regarde dans la glace et prenne ses responsabilités», a lancé l’ancien sélectionneur de l’équipe de Suisse après la nouvelle déception enregistrée dimanche, un revers qui plonge les Girondins dans l’ornière (16es de ligue 1).

Signe de sa fébrilité et de ses lacunes, l’équipe n’a une nouvelle fois pas été capable de maintenir un avantage au score. Il en avait déjà été de même une semaine plus tôt à Metz, alors lanterne rouge, où Bordeaux avait mené 2-0 puis 3-2 avant de concéder le nul (3-3). Scénario semblable, encore, lors des matches précédents, contre Nantes et Lorient.

Un bilan critique

«Dès que l’adversaire obtient ses premières occasions, nous prenons peur et perdons confiance», relève Petkovic. Après 15 journées, le bilan est critique. Bordeaux ne compte qu’un point d’avance sur le 20e et dernier, Saint-Etienne. Avec 13 points en 15 matches et deux victoires seulement, l’équipe réalise son plus mauvais début de championnat depuis la saison 1970/1971. «L’attitude de l’équipe est inacceptable», tempête le nouveau propriétaire du club, Gérard Lopez. «Ce n’est pas une question de qualité de l’effectif. Il nous manque la volonté de faire mal à l’équipe adverse, de nous faire violence.»

La position de Petkovic ne paraît pour l’instant pas menacée. L’objectif de la saison fixé par les dirigeants est suffisamment modeste (une place dans la première moitié du tableau) pour permettre de l’atteindre. Mais si Bordeaux était toujours en zone rouge au sortir de l’hiver, la place de «Petko» serait clairement en danger.

Dépenses surveillées

L’aspect financier est plus préoccupant encore. Le changement de propriétaire, avec l’arrivée de l’investisseur hispano-luxembourgeois Gérard Lopez, n’a guère arrangé les problèmes. Le budget semble assuré jusqu’à la fin de la saison, après que le club a tremblé jusqu’à la dernière minute pour obtenir sa licence. Mais «une nouvelle vente menace», écrit la presse régionale. Lopez recherche de nouveaux investisseurs.

Il sera très difficile au club d’effectuer de nouveaux transferts en janvier. Ses dépenses sont étroitement surveillées par la Ligue. Pour engager de nouveaux joueurs, Bordeaux doit d’abord en transférer. Le premier pour l’instant à être sur le départ est le milieu de terrain Yacine Adli, qui devrait retourner à Milan. Or, il s’est montré le meilleur atout de Bordeaux jusqu’à présent. ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11