La Liberté

A quatre, les Monney frappent fort

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le retour à la compétition de Martial Monney et la progression de sa fille, Marion, ont redistribué les cartes dans la hiérarchie familiale.
Le retour à la compétition de Martial Monney et la progression de sa fille, Marion, ont redistribué les cartes dans la hiérarchie familiale.
Le retour à la compétition de Martial Monney et la progression de sa fille, Marion, ont redistribué les cartes dans la hiérarchie familiale.
Le retour à la compétition de Martial Monney et la progression de sa fille, Marion, ont redistribué les cartes dans la hiérarchie familiale.
Partager cet article sur:
04.10.2021

Ils vivent sous le même toit et ont tous terminé la 87e édition de Morat-Fribourg en 1 h 16 ou moins

photos Alain Wicht texte Pierre Schouwey

Famille » Une partie de chibre pour diminuer la pression suivie d’un échauffement au bord du lac et… départ! Il était 10 h et des poussières quand la famille Monney s’est dit au revoir et souhaité bonne chance. A partir du coup de pistolet et jusqu’à la dernière foulée, chacun s’est mis dans sa bulle. Partis plus tranquillement, Stéphanie et Martial ont vu Marion, leur fille de 21 ans, s’éloigner peu à peu. Déjà, à la sortie de Morat, la passation de pouvoir qui se dessinait depuis plusieurs courses se concrétisait. «Je n’avais pratiquement aucun doute là-dessus. Ça aurait été kamikaze d’essayer de la suivre. C’est dans l’ordre des choses», accepte avec douceur et philosophie la maman, qui avait relégué sa fille à 80 secondes en 2019.

Seulement voilà. Deux ans ont passé et Marion Monney, sans concurrence cette saison à la FriRun Cup après avoir longtemps dominé la catégorie junior, a poursuivi sa progression chronométrique linéaire. «Tandis que moi, à mon âge, l’objectif est

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00