La Liberté

Gouglera: Ruedi Vonlanthen espère empêcher la transaction

Singine • La vente de la Gouglera à la Confédération a été signée mais l'opposant Ruedi Vonlanthen ne s'avoue pas vaincu. Il a récemment adressé un courrier aux autorités fédérales (Conseil fédéral, Conseil national et Conseil des Etats) pour essayer de faire capoter la transaction.

Le vaste complexe abritant l’institut Gouglera est est situé à Giffers. © Aldo Ellena
Le vaste complexe abritant l’institut Gouglera est est situé à Giffers. © Aldo Ellena

Marc-Roland Zoellig

Publié le 13.05.2015

Temps de lecture estimé : 1 minute

Partager cet article sur:

La vente de la Gouglera à la Confédération a été signée et authentifiée par notaire le 23 avril dernier («La Liberté» du 25 avril). Mais le député Ruedi Vonlanthen (PLR, Chevrilles), un des chefs de file des opposants à la transformation de l’ancien internat en centre pour requérants d’asile, se bat encore.

Dans la missive, qu’il a envoyée nominalement à une trentaine de parlementaires fédéraux - toute la députation fribourgeoise, ainsi qu’une sélection de représentants des partis bourgeois -, il préconise le rejet de la demande de crédit complémentaire de 19 millions de francs (prix de vente conclu entre Berne et l’ancien propriétaire de la Gouglera Beat Fasnacht) que le parlement devrait traiter durant la session de juin.

Selon Ruedi Vonlanthen, les autorités locales et la population de Chevrilles et des autres communes concernées demeurent mal informées de la situation, contrairement aux promesses faites par le Conseil fédéral lors de sa visite à Fribourg en mars dernier.

«En tant qu’ancien membre du conseil d’administration de la Gouglera et ancien syndic de Chevrilles, je me vois donc obligé de contester la vente», écrit-il. Il accuse Beat Fasnacht d’avoir fait de la spéculation, ce que lui interdisait le contrat d’achat qu’il avait signé en 2007 et aux termes duquel il avait fait l’acquisition de l’internat et du terrain attenant pour 10 millions de francs.

Ruedi Vonlanthen propose une solution de rechange aux autorités fédérales: une parcelle de 13 500 m2 disponible pour un bon prix à Granges-Paccot, entre Forum Fribourg et la sortie de l’autoroute. Un bâtiment pourrait y être construit afin d’accueillir les requérants d’asile en un lieu proche de la ville et desservi par les transports publics.

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11