La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Fribourg prend les devants sur le GHB

Les autorités veulent coordonner la prise en charge de victimes potentielles de la drogue du violeur

Quelque 800 fêtards, tous titulaires d'un certificat Covid 2G+, ont passé le cap du Nouvel-an à Globull, seule boîte de nuit ouverte loin à la ronde. Photo Lib/Charly Rappo, Bulle, 01.01.2022 © La Liberté
Quelque 800 fêtards, tous titulaires d'un certificat Covid 2G+, ont passé le cap du Nouvel-an à Globull, seule boîte de nuit ouverte loin à la ronde. Photo Lib/Charly Rappo, Bulle, 01.01.2022 © La Liberté

Marc-Roland Zoellig

Publié le 24.06.2022

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Partager cet article sur:

Prévention » Plusieurs cas présumés d’intoxication à l’acide gamma-hydroxybutyrate (GHB), surnommé drogue du violeur, ont agité les réseaux sociaux et, par extension, les médias ces derniers temps. L’immense majorité de ces épisodes, relatés en marge de manifestations publiques ou d’événements organisés dans des établissements nocturnes, n’a débouché sur aucune constatation d’infraction. Les autorités n’en prennent pas moins le phénomène au sérieux.

En témoigne le programme de prise en charge coordonnée des victimes potentielles mis en place dans le canton de Fribourg. Il a été présenté vendredi à la presse par le procureur général Fabien Gasser, le chef de la police de sûreté Marc Andrey, la préf&e

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11