La Liberté

Déprime et quête de sens

Abandonner les études a été le moyen pour moi de me trouver un chemin vers l’avenir.

Trouver un sens à sa vie peut être un véritable casse-tête. © pixabay.com/photo prétexte
Trouver un sens à sa vie peut être un véritable casse-tête. © pixabay.com/photo prétexte

Louis Birbaum

Publié le 03.10.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

J’ai testé pour vous » Début avril, j’ai quitté le gymnase au milieu de ma seconde année. J’étais en quête de sens et allais de toute façon sûrement redoubler mon année, ayant manqué trop de jours de cours pour des raisons médicales. Mon projet était de faire des études de journalisme.

J’ai alors cherché des stages dans des rédactions: ce n’était pas chose facile, ces dernières ne cherchant que très peu à engager. De plus, même quand elles le souhaitent, elles privilégient les gens ayant déjà de l’expérience et, souvent, ayant au moins 20 ans. Venant d’atteindre ma majorité, cela a été un vrai frein. Néanmoins, j’ai réussi à faire deux stages découverte de respectivement un et deux jours. Deux expériences vraiment intéressantes, mais il était tout de même décevant pour moi de ne pas avoir eu accès à plus que cela.

Cela ne m’a finalement pas aidé tant que ça dans ma quête de sens: je continuais à avoir des journées vides, tant socialement qu’intellectuellement. Je restais chez moi faisant quelques tâches, prenant, malgré moi, un rythme excessivement lent, et rentrant dans un état parfois semi-léthargique. J’en avais sûrement encore besoin à ce moment-là. Ce n’est que lorsque j’ai eu des projets, même minimes, que j’ai pu en sortir. J’ai commencé à travailler au marché, à faire du baby-sitting et j’ai rejoint la rédaction de la Page Jeunes.

Mon souhait n’est pas ici de proclamer la toute-puissance de l’action: le fait d’avoir pu réfléchir à mon avenir lors de longs moments d’ennui devant Twitch ou sur mon canapé est sûrement ce qui m’a permis de trouver des solutions aux problématiques qui s’étaient présentées à moi. Cependant, comme le dit Nietzsche: «Si tu regardes longtemps un abîme, l’abîme regarde aussi en toi.» Il faut donc savoir quitter cette dépendance à l’abîme lorsqu’elle a donné les réponses à tes questions

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11