La Liberté

L’Ethiopie résiste à toutes pressions

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le conflit au Tigré menace pourtant déjà la stabilité du Soudan voisin, comme ici à al-Qadarif dans l’est du pays, confronté à un afflux de 50 000 réfugiés depuis le début de la crise. Keystone
Le conflit au Tigré menace pourtant déjà la stabilité du Soudan voisin, comme ici à al-Qadarif dans l’est du pays, confronté à un afflux de 50 000 réfugiés depuis le début de la crise. Keystone
Partager cet article sur:
17.12.2020

Le gouvernement, qui mène l’offensive au Tigré, refuse l’aide de l’ONU, faisant craindre une déstabilisation

Maria Malagardis

Addis-Abeba » «L’Ethiopie n’a pas besoin de baby-sitter», a déclaré la semaine dernière un porte-parole du Gouvernement éthiopien. On ne saurait être plus clair. Depuis le 4 novembre et le déclenchement de l’offensive menée par l’armée fédérale dans la région septentrionale du Tigré, les autorités éthiopiennes ont opposé une fin de non-recevoir à toutes les offres de médiation et même à un accès humanitaire total dans la zone de conflit où elles se confrontent à un défi sécessionniste.

Le secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, se dit «préoccupé». Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, s’inquiète d’une éventuelle «déstabilisation de la r&eac

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00