La Liberté

Haro républicain sur le Congrès

L’opposition emmenée par Donald Trump pense récupérer le contrôle du parlement aux législatives mardi

Publié le 07.11.2022

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Etats-Unis » Revigorée par les sondages, l’opposition des républicains emmenée par Donald Trump veut envoyer «un coup de semonce» à la majorité démocrate et s’emparer du Congrès lors des élections américaines de mi-mandat. Même si le camp au pouvoir n’a pas dit son dernier mot.

A 48 heures de législatives et scrutins locaux «décisifs» pour l’avenir de la «démocratie» aux Etats-Unis, selon les mots de Joe Biden et de l’ancien président Barack Obama, le parti conservateur républicain croit lui en ses chances d’une «vague géante» le 8 novembre.

C’est ce qu’a prédit samedi soir, en meeting dans l’Etat pivot de la Pennsylvanie (nord-est), l’ex-président Trump défait en 2020 et qui rêve d’une revanche à la présidentielle de 2024.

Quelque 40 millions d’électeurs ont déjà voté hier par anticipation selon la chaîne NBC et les deux camps affichent plus ou moins leur confiance dans un pays politiquement et culturellement ultra-polarisé. Les démocrates sont toutefois bien plus fébriles.

Biden menacé

Un cacique républicain du Sénat, Rick Scott, a prédit une «grande nuit» mardi soir tandis que le gouverneur de Virginie (est) Glenn Youngkin a assuré sur la chaîne ABC que son parti républicain «proposait des solutions de bon sens» aux préoccupations des Américains, d’abord l’inflation et la criminalité.

«Cela va être un coup de semonce pour le président Biden», a lancé l’élu. Confiants dans leur victoire grâce à des sondages et des donateurs qui les portent en tête, les républicains «accepteront» tous les résultats des scrutins, qu’ils gagnent ou qu’ils perdent, a assuré dimanche la présidente du parti, Ronna McDaniel, sur CNN.

Alors que l’on redoute une vague de contestations par les plus conservateurs et proches de Donald Trump, elle s’est félicitée du «bon élan» républicain en vue de faire basculer le Congrès à droite mardi soir. Depuis deux ans, les démocrates ont une courte majorité à la Chambre des représentants et une seule voix de majorité, celle de la vice-présidente Kamala Harris, au Sénat.

La dirigeante McDaniel a ainsi contredit nombre de déclarations de candidats proches de leur champion Donald Trump, lequel n’a jamais reconnu sa défaite à la présidentielle de novembre 2020.

Kari Lake, qui aspire au poste de gouverneure en Arizona, a par exemple refusé de dire qu’elle respecterait un résultat en forme de défaite face à son adversaire démocrate dans cet Etat divisé du sud des Etats-Unis.

Contester les résultats

Même chose dans le Wisconsin (nord), où le sénateur républicain sortant Ron Johnson n’a pas dit qu’il s’inclinerait en cas de défaite face au démocrate Mandela Barnes.D’après le camp démocrate et des analystes, il y aurait quelque 300 candidats républicains prêts à contester les résultats des élections nationales et locales mardi soir.

Interrogée à propos des personnes surveillant certains lieux de vote par anticipation, Ronna McDaniel a par ailleurs assuré que «personne ne devrait intimider les électeurs», tout en défendant le droit à observer le processus électoral.

Les sondages prédisent une victoire nette à la Chambre des représentants pour les républicains, qui pourraient aussi reprendre le contrôle du Sénat.

Défendre la «démocratie»

Samedi en Pennsylvanie, Joe Biden, 80 ans dans deux semaines, et le toujours charismatique et bon orateur Barack Obama ont exhorté lors de meetings de campagne leurs électeurs à défendre la «démocratie». Face à eux, Donald Trump, 76 ans, a réclamé «une vague géante» républicaine afin de «sauver le rêve américain».

Il a accusé les démocrates au pouvoir d’être des «communistes» et a promis de mettre un terme à la «destruction du pays».

Dimanche, Joe Biden, catholique et qui se présente comme le président des classes moyennes, a assisté à une messe dans son fief du Delaware avant de se rendre en fin de journée en grande banlieue nord de New York pour soutenir la gouverneure démocrate de l’Etat, Kathy Hochul, en difficulté dans les sondages face à son challengeur républicain Lee Zeldin.

«Nous allons conserver cette majorité», a lancé sur NBC l’élu démocrate de New York à la Chambre des représentants, Sean Maloney. ats/afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11