La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Le début de la fin pour le pétrole

Investisseurs, experts, juges et régulateurs exigent que les géants de l’or noir «verdissent» plus vite. Les pressions sur Shell, ExxonMobil, Chevron et autres se font toujours plus insistantes

Yves Genier

Publié le 31.05.2021

Temps de lecture estimé : 9 minutes

Partager cet article sur:

Climat » Qui se souvient des alarmes causées par le «pic pétrolier»? A la veille de la crise financière de 2008, le baril d’or noir avait bondi à 170 dollars, record absolu, tant était grande alors la crainte chez les traders et les consommateurs que la production allait inexorablement se réduire faute de nouvelles ressources suffisantes. Actuellement, c’est le contraire. Place à la réduction volontaire en vue d’atteindre la neutralité carbone.

Cette fin de mai, trois géants du pétrole ont vu leur stratégie de transition radicalement remise en question: ExxonMobil, Chevron et Royal Dutch Shell. La pression ne se relâche pas sur les autres. Elle n’émane pas que des activistes du climat, mais aussi des investisseurs, de la justice, des gendarmes de la finance et des banques centrales. «L’accumulation de ces évén

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00