La Liberté

Holcim ignorait les faits

Partager cet article sur:
Publié le 02.12.2021

Lafarge en Syrie » Les faits reprochés par la justice française à Lafarge sur ses activités en Syrie ont été «cachés» à Holcim pendant le processus de fusion avec le cimentier français, a affirmé hier le géant des matériaux de construction.

La justice française a auditionné pour la seconde fois, lundi dernier, des représentants de Lafarge, représentés par le président de Holcim, Beat Hess, a indiqué le groupe zougois dans un communiqué.

«Les faits invoqués concernant Lafarge SA ont été cachés au conseil d’administration de Holcim lors de la fusion (avec Lafarge) en 2015», a souligné le groupe, estimant qu’ils allaient «à l’encontre des valeurs» de la société. Selon M. Hess, les accusations à l’encontre de Lafarge sont «choquantes et horrifiantes».

Holcim a rappelé avoir mandaté une enquête indépendante sur les faits survenus en Syrie, où la filiale Lafarge Cement Syria est accusée d’avoir collaboré avec le groupe terroriste Etat islamique (EI). «Toutes les personnes sous enquête ne travaillent plus pour le groupe», a ajouté l’entreprise, précisant que les faits reprochés s’étaient produits avant la fusion entre les deux sociétés.

ATS/AFP

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00