La Liberté

Une fraternité courageuse

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le Russe Andreï Makine connaît les dessous de la situation dans le Caucase. © JF Paga
Le Russe Andreï Makine connaît les dessous de la situation dans le Caucase. © JF Paga
Partager cet article sur:
23.01.2021

Andreï Makine » Dans L’ami arménien, Andreï Makine revient sur son adolescence au sein d’un orphelinat en Sibérie. Petite et grande histoire se coudoient dans ce roman éloquent.

Le ciel. «Il commençait tout près du sol – sous la semelle des vagabonds.» Ce ciel bas, qui en cette fin d’été «gardait encore sa tiédeur velouteuse», est celui d’un faubourg délabré, à la lisière d’une grande ville de Sibérie centrale. Quant aux vagabonds, ils viennent de loin, du Caucase, une dizaine d’Arméniens qui s’entassent dans ce faubourg dit «Bout du diable», tout près d’une prison, antichambre des camps.

A cette époque-là (début des années 1970), l’Arménie faisait partie de l’URSS. Quelque temps auparavant, les velléi

Même sujet
Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00