La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Pierre Voélin d’après nature, ou l’heureuse clarté

Publié le 26.11.2022

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Partager cet article sur:

Littérature » Avec les brèves «pas exactement bucoliques» de son nouveau recueil, Quatre saisons, plusieurs lunes, le poète jurassien établi à Fribourg se détourne du tragique pour accéder à une inattendue légèreté.

On s’étonnait, découvrant une première brassée de ses «poèmes trop courts» dans les pages de La Revue de Belles-Lettres en 2019, de cette légèreté que nous qualifiions hâtivement ici de bucolique. Il est vrai que la tonalité de ces aperçus de nature paraissait ouvrir l’œuvre de Pierre Voélin à de nouvelles harmoniques. Plus lumineuses, rassérénées peut-être.

C’est que la gravité, jusque-là, dominait dans le déploiement exigeant d’une langue hantée par le désastre du

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11