La Liberté

Hodler, à tour de bras

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Du motif du billet de 50 francs (1911) à une version peinte très aboutie (en grand) conservée au KML, Le Bûcheron ne cesse de varier dans des détails. Au milieu, une étude au crayon sur carton (1910) montre comment Hodler pouvait copier son sujet avec précision. © Collection privée/SIK-ISEA Zürich/KML, dépôt de la Fondation BEST Art Collection Luzern, anciennement Fondation Bernhard Eglin/Museo Villa dei Cedri, Bellinzone/Lonza AG, Bâle
Du motif du billet de 50 francs (1911) à une version peinte très aboutie (en grand) conservée au KML, Le Bûcheron ne cesse de varier dans des détails. Au milieu, une étude au crayon sur carton (1910) montre comment Hodler pouvait copier son sujet avec précision. © Collection privée/SIK-ISEA Zürich/KML, dépôt de la Fondation BEST Art Collection Luzern, anciennement Fondation Bernhard Eglin/Museo Villa dei Cedri, Bellinzone/Lonza AG, Bâle
Hodler, à tour de bras
Hodler, à tour de bras
Hodler, à tour de bras
Hodler, à tour de bras
Hodler, à tour de bras
Hodler, à tour de bras
Hodler, à tour de bras
Hodler, à tour de bras
De haut en bas, Cavalaire, Erich Hermès devant sa mosaïque pour la compagnie d'assurance Providentia (1957), l'affiche Montana Vermala (1933), Jeune femme assise au jardin (1913) et les Régates sur le Petit Lac (1959). © Collections privées, photos Lucas Olivet/archives familiales/archives Jura Brüschweiler/Galerie 1 2 3/Piguet Hôtel des Ventes
De haut en bas, Cavalaire, Erich Hermès devant sa mosaïque pour la compagnie d'assurance Providentia (1957), l'affiche Montana Vermala (1933), Jeune femme assise au jardin (1913) et les Régates sur le Petit Lac (1959). © Collections privées, photos Lucas Olivet/archives familiales/archives Jura Brüschweiler/Galerie 1 2 3/Piguet Hôtel des Ventes
Hodler, à tour de bras
Hodler, à tour de bras
Hodler, à tour de bras
Hodler, à tour de bras
Hodler, à tour de bras
Hodler, à tour de bras
Hodler, à tour de bras
Hodler, à tour de bras
Partager cet article sur:
09.10.2021

Pour la première fois, plusieurs versions du Bûcheron sont présentées ensemble. Le Kunstmuseum de Lucerne montre admirablement comment Ferdinand Hodler travailla à la chaîne…

Aurélie Lebreau

Exposition » Ce type aux bras musclés, à la gueule renfrognée quand elle n’est pas carrément hargneuse et au pantalon lui montant jusqu’aux aisselles, fait partie de l’imagerie collective suisse. Le Bûcheron de Ferdinand Hodler (1853-1918), nous le connaissons tous – il est aujourd’hui encore régulièrement détourné. Nous nous souvenons que Christoph Blocher l’avait choisi pour agrémenter son bureau de conseiller fédéral. Comme Moritz Leuenberger. Déjà moins nombreux sont ceux qui savent qu’Hodler a imaginé ce sujet à la demande de la Banque nationale suisse (BNS) pour orner les billets de banque de 50 francs, mis en service dès la fin 1911 et utilisés jusqu’en 1958! Enfin, rares sont ceux qui sont au courant qu’il existe plusieurs versions du Bûcheron – 18 au total –, en trois formats distincts. «Nous pensons tous qu’il n’y a qu’UN Bûcheron, mais c’est faux! Nous en présentons dix ici, au Kunstmuseum de Lucerne (KML, ndlr)», sourit la commissaire Eveline Suter. Seules des toiles c

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00