La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Venise en passant par Cotonou

Un homme naviguant sur le lac Nokoué dans les environs de la cité lacustre de Ganvié, aussi appelée la Venise africaine. © Joseph Keyser/Unsplash
Un homme naviguant sur le lac Nokoué dans les environs de la cité lacustre de Ganvié, aussi appelée la Venise africaine. © Joseph Keyser/Unsplash

Angélique Eggenschwiler

Publié le 22.01.2022

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Partager cet article sur:

Le mot de la fin

En début de semaine, vous avez fait la connaissance de Denis au bas de cette même page. Et ça tombe bien, puisque Denis est précisément le genre de personnage qui gagne à être connu, comme tous les lecteurs qui illuminent cette Der depuis quelques mois, remarquez. Mais Denis, au-delà de son humour, son altruisme et son savoureux franc-parler, est doté d’une qualité autrement considérable: il est Béninois.

Le Bénin, oui, ce petit pays coincé entre l’océan et le Sahel dans lequel j’ai eu la chance de passer plus d’un mois, à traîner pour l’essentiel, en buvant du Nescafé au lait concentré comme on le fait quand on a dix-huit ans et pas de véritable raison de traverser la moitié d’un continent en auto-stop.

Et quand Denis parle de son pays, c’est pour détailler, les yeux pleins d’étoiles, combien la cuisine y est savoureuse, presque autant que ses gens habités par une forme d’angélisme lorsqu’ils racontent ces terres encore préservées du tourisme de masse:

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Le club sélect des hauts potentiels

    Le mot de la fin Ils sont partout. En vitrine de nos librairies, sur les plateaux télé, les forums, les groupes Facebook dédiés et surtout, surtout, à la...
  • pictogramme abonné La Liberté Une très bonne raison de pleurer

    Le mot de la fin J’avais à l’époque une collègue qui ne m’appréciait guère. Elle aurait souhaité que ceux qui travaillaient avec elle partagent une même...
  • pictogramme abonné La Liberté Attention, les bébés sont des dangers

    Le mot de la fin Des chercheurs de l’Université suédoise de Lund estiment qu’un bébé en moins par famille correspondrait annuellement à une réduction...
  • pictogramme abonné La Liberté Allez hop, en avant et arrière toute!

    Le mot de la fin C’est derrière, à jamais derrière nous. Mais, un jour, poum! La chose nous saute à la figure. Qu’est-ce qu’elle faisait là? Supposée être loin...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00