La Liberté

Le dieu du stade a quatre pattes

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Un chat perché sur un toit et risquant de tomber, cela serre déjà les cœurs sensibles. © Mitchell Orr/Unsplash
Un chat perché sur un toit et risquant de tomber, cela serre déjà les cœurs sensibles. © Mitchell Orr/Unsplash
Partager cet article sur:
16.09.2021

Jean-Philippe Bernard

Le mot de la fin

A quoi pense le matou suspendu par une griffe à plusieurs dizaines de mètres de hauteur, loin, si loin du sol? En langage félin, ça doit donner quelque chose comme la fameuse réplique de Petit Gibus dans La guerre des boutons, revue et corrigée par l’admirable Yves Robert: «Si j’aurais su, j’aurais pas venu.» Oui mais voilà, nous y sommes, Monsieur le chat! Tout là-haut, sur le toit du Hard Rock Stadium de Miami, une enceinte de 65 000 places qui sert de théâtre notamment aux exploits d’équipes de football américain comme les Miami Dolphins ou les Miami Hurricanes.

C’est justement à l’occasion d’un match de cette dernière équipe que notre greffier s’est aventuré au sommet de l’édifice. Peut-être pour admirer les cieux immaculés de Floride de plus près. Ou plus simplement parce qu’il avait aperçu un oiseau ou un souris…

Apparement, le chat n’a rien trouvé de satisfaisant sur cette vaste étendue de béton. Et le voilà désormais en très fâcheuse posture. L’u

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00