La Liberté

17.09.2021

Visite de travail de Mme Leu après l'échec de l'accord-cadre

La secrétaire d'Etat Livia Leu s'est rendue vendredi à Bruxelles, pour sa première visite après l'échec de l'accord-cadre (archives). © KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE
La secrétaire d'Etat Livia Leu s'est rendue vendredi à Bruxelles, pour sa première visite après l'échec de l'accord-cadre (archives). © KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE
Partager cet article sur:
17.09.2021

Pour la première fois depuis l'échec de l'accord-cadre, la secrétaire d'Etat Livia Leu s'est rendue vendredi à Bruxelles pour une visite de travail. Ses entretiens ont porté sur les derniers développements et les perspectives de la relation Suisse-UE.

Mme Leu a rencontré Ilze Juhansone, secrétaire générale de la Commission européenne, Juraj Nociar, chef de cabinet de Maros Sefcovic, vice-président de la Commission européenne, et Stefano Sannino, secrétaire général du Service européen pour l'action extérieure. Avec M. Sannino, Mme Leu a principalement discuté de questions de politique étrangère telles que l'Afghanistan.

Devant les médias à Bruxelles, la secrétaire d'Etat a déclaré avoir souligné auprès de ses interlocuteurs la volonté du Conseil fédéral de poursuivre la voie bilatérale. Ceci dans l'intérêt des deux parties.

Mme Leu a également encouragé le "dialogue politique" avec l'UE, souhaité par le Conseil fédéral afin de développer un agenda commun. Ce dialogue doit "englober tout le spectre de nos relations", a poursuivi Mme Leu.

L'UE s'est montrée intéressée à un dialogue, a résumé le secrétaire d'Etat, ajoutant que "l'heure n'est pas aux portes fermées". En même temps, la Suisse est bien sûr consciente des questions importantes pour l'UE et qui devront être discutées dans ce processus.

Au Parlement

Mme Leu a également rappelé à ses interlocuteurs que le Conseil fédéral avait ouvert la voie au paiement du deuxième milliard en faveur du fonds de cohésion. La balle est désormais dans le camp du Parlement. Elle leur a également signifié que la Suisse reste un "partenaire fiable et engagé" même sans accord-cadre institutionnel.

Parallèlement, elle a fait comprendre aux partenaires de l'UE que Berne attend le début du processus d'association de la Suisse au programme de recherche de l'UE Horizon Europe.

La secrétaire d'Etat s'est dite optimiste quant au fait que la Suisse allait "bientôt savoir" qui sera son interlocuteur à la Commission européenne. Selon certaines rumeurs, Maros Sefcovic reprendrait le dossier suisse des mains du commissaire Johannes Hahn.

Dossier suisse en discussion

Mardi prochain, les ministres européens seront informés par la Commission européenne sur les relations entre la Suisse et l'UE. Il ne faut pas s'attendre à un débat entre les Etats membres. Néanmoins, ils ont le droit de s'exprimer sur le sujet.

Reste que rien de bien neuf n'est au menu. C'est l'Autriche qui aurait fait pression pour que le dossier suisse soit à l'ordre du jour des ministres européens.

La préoccupation de Vienne est probablement de veiller à ce que la question ne glisse pas au bas des priorités de la Commission européenne. Il y a peu, Bruxelles a déclaré que la Suisse n'est pas une priorité.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00