La Liberté

Moscou annonce des "cessez-le-feu locaux"

L'exode se poursuit en Ukraine. A Irpine certains, y compris enfants en bas âge ou personnes âgées handicapées, étaient obligés d'emprunter les décombres d'un pont que l'armée ukrainienne a fait sauter la semaine dernière. © KEYSTONE/AP/Oleksandr Ratushniak
L'exode se poursuit en Ukraine. A Irpine certains, y compris enfants en bas âge ou personnes âgées handicapées, étaient obligés d'emprunter les décombres d'un pont que l'armée ukrainienne a fait sauter la semaine dernière. © KEYSTONE/AP/Oleksandr Ratushniak
L'exode se poursuit en Ukraine. A Irpine certains, y compris enfants en bas âge ou personnes âgées handicapées, étaient obligés d'emprunter les décombres d'un pont que l'armée ukrainienne a fait sauter la semaine dernière. © KEYSTONE/AP/Oleksandr Ratushniak
L'exode se poursuit en Ukraine. A Irpine certains, y compris enfants en bas âge ou personnes âgées handicapées, étaient obligés d'emprunter les décombres d'un pont que l'armée ukrainienne a fait sauter la semaine dernière. © KEYSTONE/AP/Oleksandr Ratushniak
Un bâtiment endommagé à Kharkiv, qui continuait d'être la cible de bombardements russes lundi (archives). © KEYSTONE/AP
Un bâtiment endommagé à Kharkiv, qui continuait d'être la cible de bombardements russes lundi (archives). © KEYSTONE/AP
Un bâtiment endommagé à Kharkiv, qui continuait d'être la cible de bombardements russes lundi (archives). © KEYSTONE/AP
Un bâtiment endommagé à Kharkiv, qui continuait d'être la cible de bombardements russes lundi (archives). © KEYSTONE/AP
Des milliers de personnes fuyaient lundi la ville d'Irpine, dans la région de Kiev. © KEYSTONE/EPA/ROMAN PILIPEY
Des milliers de personnes fuyaient lundi la ville d'Irpine, dans la région de Kiev. © KEYSTONE/EPA/ROMAN PILIPEY
A Irpin, dernière ville-verrou avant Kiev en venant de l'ouest, 10'000 personnes ont emprunté ces derniers jours une improbable planche de bois, à moitié enfoncée dans l'eau, pour fuir les bombardements. © KEYSTONE/EPA/ROMAN PILIPEY
A Irpin, dernière ville-verrou avant Kiev en venant de l'ouest, 10'000 personnes ont emprunté ces derniers jours une improbable planche de bois, à moitié enfoncée dans l'eau, pour fuir les bombardements. © KEYSTONE/EPA/ROMAN PILIPEY
Des enfants ont été évacués d'un orphelinat à Lviv. Près de 1,7 million d'Ukrainiens ont fui leur pays depuis l'invasion de l'armée russe il y a douze jours. © KEYSTONE/EPA/VITALIY HRABAR
Des enfants ont été évacués d'un orphelinat à Lviv. Près de 1,7 million d'Ukrainiens ont fui leur pays depuis l'invasion de l'armée russe il y a douze jours. © KEYSTONE/EPA/VITALIY HRABAR
A Marioupol, au milieu de scènes dévastatrices de souffrances humaines, une deuxième tentative dimanche de commencer à évacuer quelque 200'000 personnes de la ville a été interrompue. © KEYSTONE/AP/Evgeniy Maloletka
A Marioupol, au milieu de scènes dévastatrices de souffrances humaines, une deuxième tentative dimanche de commencer à évacuer quelque 200'000 personnes de la ville a été interrompue. © KEYSTONE/AP/Evgeniy Maloletka


Publié le 07.03.2022
Partager cet article sur:


La Russie a annoncé lundi soir la mise en place de cessez-le-feu locaux dans plusieurs villes ukrainiennes à partir de 07h00 GMT mardi pour permettre l'évacuation de civils via des couloirs humanitaires, à l'issue de nouvelles négociations avec les Ukrainiens.

"La Fédération de Russie annonce un cessez-le-feu à partir de 10h00, heure de Moscou (08h00 suisses) le 8 mars" pour l'évacuation des civils en provenance de Kiev, ainsi que des villes de Soumy, Kharkiv, Tcherniguiv et Marioupol, a indiqué la cellule du ministère russe de la Défense, chargée des opérations humanitaires en Ukraine, dans un communiqué cité par les agences de presse russes.

La partie ukrainienne avait auparavant relevé "certains résultats positifs" obtenus lors des négociations sur les couloirs humanitaires.

Mais l'armée russe continuait son offensive et ses bombardements, faisant notamment, selon les secours ukrainiens, treize morts dans une frappe sur une boulangerie industrielle, à Makariv, une localité située sur l'un des grands axes menant de l'ouest de l'Ukraine à Kiev.

Au douzième jour de l'invasion déclenchée par Vladimir Poutine, l'armée russe poursuivait son avancée vers la capitale, qui s'attend à une attaque "dans les jours qui viennent", d'après le ministère ukrainien de l'Intérieur.

"Chaque maison, chaque rue, chaque poste de contrôle résistera jusqu'à la mort s'il le faut", a promis le maire de Kiev, l'ex-champion de boxe Vitali Klitschko.

Appel de l'ONU

La situation humanitaire s'aggrave aussi de jour en jour, avec plusieurs villes assiégées où les vivres commencent à manquer.

L'ONU a "besoin de couloirs sûrs pour fournir de l'aide humanitaire dans les zones d'hostilités" en Ukraine, a dans ce contexte martelé lundi au Conseil de sécurité de l'ONU le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires, Martin Griffiths.

Et ce peu après que les délégations russe et ukrainienne ont terminé au Bélarus, à la frontière avec la Pologne, une troisième session de pourparlers consacrée à l'évacuation des civils des cités encerclées.

A l'issue de ces discussions, les Ukrainiens ont évoqué "certains résultats positifs" sur les couloirs humanitaires. "On apportera une aide plus efficace aux personnes qui souffrent de l'agression de la Fédération de Russie", a déclaré Mykhaïlo Podoliak, un membre de la délégation ukrainienne.

Sur les questions-clés, comme celles relatives à un cessez-le-feu, "des dialogues intensifs vont continuer", a-t-il ajouté. Sur ces points, il n'y a à ce jour "pas encore de résultats qui pourraient améliorer la situation", selon lui.

De son côté, le négociateur russe Vladimir Medinski a estimé que cette troisième session n'avait pas été "à la hauteur des attentes".

Moscou avait annoncé lundi matin l'instauration de cessez-le-feu locaux et l'ouverture de couloirs pour permettre le départ de civils de plusieurs villes d'Ukraine - dont Kiev et Kharkiv, la deuxième ville la plus importante, dans le nord-est - sous un feu nourri depuis plusieurs jours.

Mais l'Ukraine a refusé d'évacuer les civils vers la Russie -quatre des six couloirs proposés par les Russes allaient vers ce pays ou son voisin et allié bélarusse.

Le président français Emmanuel Macron a pour sa part dénoncé "le cynisme moral et politique" exprimé dans cette proposition russe d'offrir des couloirs humanitaires aux Ukrainiens pour "les amener en Russie".

"A court d'argent"

A Irpin, la dernière ville-verrou avant Kiev en arrivant de l'ouest, 10'000 personnes ont défilé ces derniers jours sur une improbable planche de bois, à moitié enfoncée dans l'eau, pour fuir les bombardements. Le pont de béton, béant au-dessus de la rivière, a été détruit par les forces ukrainiennes pour empêcher le passage des blindés russes.

Odessa, sur les bords de la mer Noire, est aussi de plus en plus menacée. Des familles affolées ont confié de vieux parents malades, trop faibles pour fuir la cité portuaire, au monastère Archangelo Mikhailovsky, aux coupoles dorées et grises, a constaté l'AFP.

De nouveaux combats ont aussi eu lieu près de Soumy, dans le nord-est, "il y a des morts", a affirmé le chef de l'administration militaire de la région, Dmitri Jivitsky.

Des établissements de soins attaqués

Les Ukrainiens continuent aussi à prendre massivement la route de l'exil. La guerre a déjà poussé plus de 1,7 million de personnes à se réfugier dans les pays voisins, selon l'ONU.

L'Europe peut s'attendre à recevoir cinq millions d'exilés si le bombardements des villes se poursuit, a estimé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a à cet égard déploré que depuis le début de l'offensive russe, le 24 février, il y ait eu 16 cas d'attaques d'établissements de soins en Ukraine.

Le ministre ukrainien de l'Education Sergiy Shkarlet a quant à lui affirmé que 211 écoles avaient été endommagées dans les bombardements.

Près de 100'000 enfants en Ukraine, dont la moitié sont handicapés, vivent dans des institutions ou des internats a par ailleurs rappelé lundi l'ONU, soulignant la nécessité de prendre des précautions avant de les évacuer vers un autre pays.

Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, qualifiée d'"opération militaire spéciale" par Moscou, au moins 406 civils ont été tués et 801 blessés, selon le Haut-Commissariat aux Droits de l'Homme de l'ONU. Le HCR souligne cependant que ses bilans sont probablement très inférieurs à la réalité.

"Conséquences catastrophiques"

La diplomatie tente aussi de reprendre ses droits, avec une rencontre annoncée des ministres des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov, ukrainien Dmytro Kouleba et de leur homologue turc Mevlüt Cavusoglu jeudi en Turquie.

Les espoirs de succès sont toutefois minces, Vladimir Poutine continuant de poser comme condition préalable à tout dialogue l'acceptation par Kiev de toutes les exigences de Moscou, notamment la démilitarisation de l'Ukraine et un statut neutre pour ce pays.

Le président américain Joe Biden, le président français Emmanuel Macron, le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre britannique Boris Johnson se sont de leur côté dits "déterminés à continuer d'augmenter le coût" infligé à la Russie, selon un communiqué diffusé lundi par la Maison Blanche après une vidéoconférence.

Un éventuel embargo sur le gaz et le pétrole russes a été évoqué à cette occasion, mais Joe Biden "n'a pas pris de décision à ce stade", a indiqué Washington.

La Russie a mis en garde contre les "conséquences catastrophiques" qu'aurait une telle mesure pour le marché mondial.

L'Union européenne a par ailleurs déclenché lundi la procédure pour l'examen des demandes d'adhésion de l'Ukraine, de la Géorgie et de la Moldavie, déposées la semaine dernière, ce qui pourrait exacerber plus encore les tensions avec Moscou.

Ces trois ex-républiques soviétiques s'estiment menacées par les prétentions territoriales de la Russie et revendiquent un ancrage à l'Ouest. Plusieurs Etats membres ont soutenu leur démarche, mais la procédure est longue et une adhésion à l'UE exige l'unanimité.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11