La Liberté

La Norvège envisage d'euthanasier un morse devenu vedette estivale

Freya a été filmée chassant des oiseaux ou se hissant sur des embarcations chaloupant sous son poids pour y somnoler (archives). © KEYSTONE/EPA/TROND REIDAR TEIGEN
Freya a été filmée chassant des oiseaux ou se hissant sur des embarcations chaloupant sous son poids pour y somnoler (archives). © KEYSTONE/EPA/TROND REIDAR TEIGEN


Publié le 12.08.2022
Partager cet article sur:


Les autorités norvégiennes ont annoncé jeudi qu'elles envisageaient d'euthanasier un morse, devenu une vedette estivale dans le fjord d'Oslo. Malgré les appels incessants à rester à distance, Freya, jeune femelle de quelque 600 kg, attire énormément l'attention.

La direction norvégienne de la pêche a publié une photographie montrant une foule de badauds à proximité immédiate du mammifère marin. "Le comportement imprudent du public et le non-respect des recommandations des autorités peuvent mettre des vies en danger", a-t-elle souligné.

"Nous explorons maintenant des mesures supplémentaires parmi lesquelles l'euthanasie peut être une véritable alternative", a-t-elle ajouté.

Les morses vivent généralement sous les latitudes encore plus septentrionales de l'Arctique, mais Freya, dont le nom renvoie à une déesse associée à l'amour et à la beauté dans la mythologie nordique, baigne dans les eaux de la capitale depuis le 17 juillet.

Animal stressé

Devenu une vedette dans la torpeur estivale, l'animal a été filmé chassant des oiseaux ou se hissant sur des embarcations chaloupant sous son poids pour y somnoler, y faisant au passage des dégâts significatifs.

Mais, malgré les consignes, l'animal continue d'être importuné par des curieux qui se baignent à proximité ou s'en approchent excessivement, parfois avec des enfants, pour le photographier, a indiqué la direction de la pêche. "Son bien-être est clairement diminué. Le morse ne dispose pas d'assez de repos et les experts avec qui l'on discute estiment maintenant qu'il est stressé".

Espèce protégée, le morse se nourrit essentiellement d'invertébrés tels que les mollusques, les crevettes, les crabes et les petits poissons. S'il ne s'en prend normalement pas aux êtres humains, il peut, selon les autorités, se sentir menacé par des importuns et les attaquer.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11