La Liberté

Bilan de 41 morts après un coup de grisou dans une mine en Turquie

Une cinquantaine d'ouvriers sont bloqués après une explosion dans une mine de charbon à Amasra, dans le nord de la Turquie. © KEYSTONE/EPA/SELIM BOSTANCI
Une cinquantaine d'ouvriers sont bloqués après une explosion dans une mine de charbon à Amasra, dans le nord de la Turquie. © KEYSTONE/EPA/SELIM BOSTANCI
Une explosion meurtrière s'est produite dans une mine de charbon à Amasra, dans le nord de la Turquie. © KEYSTONE/EPA/SELIM BOSTANCI
Une explosion meurtrière s'est produite dans une mine de charbon à Amasra, dans le nord de la Turquie. © KEYSTONE/EPA/SELIM BOSTANCI
Une explosion meurtrière s'est produite dans une mine de charbon à Amasra, dans le nord de la Turquie. © KEYSTONE/EPA/SELIM BOSTANCI
Une explosion meurtrière s'est produite dans une mine de charbon à Amasra, dans le nord de la Turquie. © KEYSTONE/EPA/SELIM BOSTANCI
Les secouristes étaient à pied d'oeuvre afin de sauver d'autres survivants. © KEYSTONE/EPA/SELIM BOSTANCI
Les secouristes étaient à pied d'oeuvre afin de sauver d'autres survivants. © KEYSTONE/EPA/SELIM BOSTANCI
Les secouristes étaient à pied d'oeuvre afin de sauver d'autres survivants. © KEYSTONE/EPA/SELIM BOSTANCI
Les secouristes étaient à pied d'oeuvre afin de sauver d'autres survivants. © KEYSTONE/EPA/SELIM BOSTANCI
Proches des mineurs rassemblés devant la mine. © KEYSTONE/AP/Khalil Hamra
Proches des mineurs rassemblés devant la mine. © KEYSTONE/AP/Khalil Hamra
Proches des mineurs rassemblés devant la mine. © KEYSTONE/AP/Khalil Hamra
Proches des mineurs rassemblés devant la mine. © KEYSTONE/AP/Khalil Hamra
Les secours ont mis fin à leurs recherches samedi dans la mine d'Amasra, tandis que les premières funérailles étaient célébrées dans les villages voisins. © KEYSTONE/AP/Khalil Hamra
Les secours ont mis fin à leurs recherches samedi dans la mine d'Amasra, tandis que les premières funérailles étaient célébrées dans les villages voisins. © KEYSTONE/AP/Khalil Hamra


Publié le 15.10.2022
Partager cet article sur:


Les secours ont mis fin à leurs recherches samedi, dans la mine de charbon d'Amasra dans le nord-ouest de la Turquie, après la découverte du corps sans vie du dernier mineur manquant, portant le bilan du coup de grisou survenu vendredi soir à 41 morts et 28 blessés.

"Notre priorité était de retrouver les mineurs dans la galerie. Nous avons finalement atteint le dernier. Il est également décédé, ce qui porte le nombre des décès à 41", a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan venu sur place samedi après-midi.

Visiblement bouleversé, les larmes aux yeux, le ministre de l'Energie Fatih Donmez avait indiqué peu auparavant la fin imminente des opérations de secours qui "se poursuivaient pour une seule personne, dont le sort (restait) inconnu".

Coup de grisou

Près d'une centaine de mineurs se trouvaient au fond de la galerie au moment de l'explosion, apparemment causée par un coup de grisou, vendredi vers 18H15 locales, juste avant la nuit - ce qui a ralenti les recherches.

Selon le ministre de l'Intérieur Süleyman Soylu, "58 mineurs ont pu être sauvés, par eux-mêmes ou grâce aux secours". Les premiers rescapés remontés en surface et qui n'étaient pas blessés ont tenu à participer aux secours tandis que des mineurs accouraient de toute la région pour aider.

Adem Usluoglu, employé d'une autre mine, s'est ainsi aussitôt présenté : "Certains ont été brûlés vifs, grièvement blessés par la force de l'explosion" raconte-t-il à l'AFP. "J'ai le coeur horriblement lourd".

Toute la nuit, les proches des mineurs, dévorés d'angoisse et pour beaucoup en larmes, ont attendu des nouvelles devant la mine. Une femme en état de choc a dû être évacuée, d'autres priaient accoudés aux barrières qui fermaient la scène, tandis que les survivants se soutenaient mutuellement.

"Il n'y a pas de pièces de survie, de poches où s'abriter dans la mine", a expliqué à l'AFP Iliyas Borekci, directeur-adjoint d'une mine voisine qui a dépêché trois équipes de secours en renfort. "La seule chance de survie c'est de sortir immédiatement".

Enquête déjà en cours

Le chef de l'Etat a pris la parole devant les mineurs sortis saufs de la mine et annoncé une enquête exhaustive: "comment cette explosion s'est produite, et qui sont les responsables, tout ceci sera déterminé par une enquête administrative et judiciaire qui a déjà commencé", a-t-il assuré.

Il avait déjà promis sur Twitter qu'"aucune négligence ne sera sans conséquence".

Le chef de l'Etat a aussi incriminé le destin: "La mine d'Amasra est un établissement parmi les plus avancés (...) Mais nous sommes des gens qui croient au destin et ce genre de choses arrivera toujours, il faut le savoir", a-t-il déclaré devant l'assemblée éplorée avant de visiter des blessés traités sur place.

M. Erdogan, au pouvoir depuis 2003 et candidat à sa succession en juin prochain, a également promis que l'Etat prendrait en charge et allait "protéger les familles" des victimes.

Funérailles

Il s'est rendu auprès des familles pour assister à des funérailles, notamment dans le village de Makaraci, d'où provenaient quatre des victimes. Une femme l'a apostrophé devant les caméras: "Mon frère m'avait dit qu'il y avait une fuite de gaz (méthane). Ca va nous faire sauter, il disait. Comment on a pu laisser courir une négligence pareille?!".

Le leader de l'opposition (CHP) Kemal Kiliçdaroglu a également assisté à certaines des cérémonies dans les villages.

"Nos premières observations indiquent qu'une partie des (mineurs) ont perdu la vie en raison de la haute pression et de la chaleur provoquée par l'explosion", avait indiqué dans la nuit le ministre de l'Energie.

L'accident et son lourd bilan ont suscité de nombreuses réactions de solidarité, dont celle du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis sur Twitter, qui s'est dit "attristé" malgré l'extrême tension entre les deux pays.

Les présidents russe Vladimir Poutine et ukrainien Volodymyr Zelensky ont présenté leurs condoléances, le second en turc, via Twitter, de même que le président du Conseil européen Charles Michel.

Accidents fréquents

Les accidents de travail sont fréquents en Turquie, où le fort développement économique de la décennie écoulée s'est souvent fait au détriment des règles de sécurité, en particulier dans la construction et l'exploitation minière.

Le dernier en date, dans la mine de Soma (ouest) en 2014, avait tué 301 mineurs après qu'une explosion, suivie d'un incendie, avaient provoqué l'effondrement d'un puits.

Des peines s'élevant jusqu'à 22 ans d'emprisonnement et six mois avaient été prononcées par la justice turque contre cinq responsables de la mine, jugés coupables de négligence.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11