La Liberté

«Je mourrai en étant convaincu que c’est le plus beau métier du monde!»

Dix-huit ans de rédaction en chef de «La Liberté», dont onze comme numéro un. C’est un bail hors du commun de nos jours qui s’achève en ce vendredi pour Louis Ruffieux. Le Gruérien remet le 1er août son poste à Serge Gumy. Interview.

Louis Ruffieux, rédacteur en chef de «La Liberté». © Alain Wicht/La Liberté
Louis Ruffieux, rédacteur en chef de «La Liberté». © Alain Wicht/La Liberté

SJU

Publié le 30.07.2015
Partager cet article sur:

L’heure du bilan a donc sonné pour celui qui ne quitte pas la rédaction et que les lecteurs continueront à lire dans les colonnes de leur «Liberté».

- A l’annonce du changement à la tête du journal au mois de mai dernier, la rédaction a connu un rare moment d’émotion. Quel sentiment prédomine à l’heure de rentrer dans le rang?

Louis Ruffieux: La sérénité, car c’est la concrétisation d’une décision mûrie, que j’assume, et parce que je passe le témoin à Serge Gumy. Il partage les valeurs du journal et a un solide bagage. C’est totalement rassurant. Dire maintenant qu’il n’y a pas de pincement au cœur serait mentir.

- «La Liberté» est l’un des rares journaux du pays à avoir maintenu son tirage et ses ventes durant la décennie écoulée. Comment expliquer cette singularité?

Par l’attachement très fort du lectorat à «La Liberté» et grâce au contrat de confiance fondé sur une ligne constante qui privilégie l’information au divertissement, ainsi que l’intérêt général qui préside à nos choix éditoriaux. Et puis la rédaction s’identifie aussi à son titre et elle s’efforce toujours de rechercher la qualité.

- Exercer ce métier était un rêve d’enfant. A l’heure du data journalisme, de WikiLeaks, etc., fait-il encore rêver le journaliste chevronné?

Je mourrai en étant convaincu que c’est le plus beau métier du monde! Evidemment, son exercice a beaucoup changé ces dernières années, mais y a-t-il une profession où l’on travaille encore comme en 1980? J’en doute fort.

=> Interview complète de Louis Ruffieux à lire dans «La Liberté» (papier et numérique) de vendredi
 

Deux sujets de la RTS (12h45 du jeudi 30 juillet 2015)

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11