La Liberté

Le Conseil d’Etat ne veut pas limiter les enseignes lumineuses

Le Gouvernement fribourgeois recommande le rejet d’une motion des socialistes Eliane Aebischer et Grégoire Kubski demandant de mieux encadrer l’installation de publicités lumineuses pouvant distraire les automobilistes au bord des routes.

Dans le canton de Fribourg, 25 communes sur 128 bénéficient d’une délégation de compétence en matière de panneaux publicitaires et d’enseignes lumineuses. © Charly Rappo
Dans le canton de Fribourg, 25 communes sur 128 bénéficient d’une délégation de compétence en matière de panneaux publicitaires et d’enseignes lumineuses. © Charly Rappo

NM

Publié le 23.04.2021
Partager cet article sur:

Les deux élus demandent de dépoussiérer la loi fribourgeoise sur les réclames. Ils écrivent: «Nous avons toutes et tous en tête des photos de Time Square avec ses écrans LED diffusant des publicités en continu tout autour de ce carrefour de New York. De plus en plus d’écrans fleurissent au bord de nos routes et offrent des nouveaux supports à la publicité. Cependant, ces écrans offrent, de par le défilement d’images et la projection d’images animées, des objets de distraction pour les usagers de la route».

Dans sa réponse, dévoilée vendredi, l’Exécutif cantonal reconnaît: «Il est vrai que les bases légales peuvent être considérées comme incomplètes dès lors qu’elles sont confrontées à une évolution technologique. L’un des écueils principaux dans ce type de dossier est de pouvoir garantir une application uniforme sur l’ensemble du territoire fribourgeois, car les autorités en charge de ces dossiers sont multiples». Dans le canton, 25 communes sur 128 bénéficient par exemple d’une délégation de compétence en matière de panneaux publicitaires et d’enseignes lumineuses.

Mais des gardes-fous existent déjà. Le Gouvernement précise: «L’emplacement du support est analysé de manière à ce qu’il ne crée pas de gêne pour la sécurité et les requêtes sont notamment préavisés défavorablement lorsque les panneaux de réclame sont trop proches des passages pour piétons ou des intersections». Les autorités estiment donc: «Il nous semble que les bases légales à disposition restent suffisantes pour procéder à une pesée des intérêts sur ce sujet». Le Conseil d’Etat s’engage en revanche à élaborer un document résumant les différents aspects et les règles à prendre en considération lors de la procédure de permis de construire respectivement d’autorisation de réclame.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00