La Liberté

L'UDC «pur sucre» Ueli Maurer tire sa révérence

Après avoir assuré qu'il resterait jusqu'en 2023, Ueli Maurer tire sa révérence au milieu de son quatrième mandat. Le Zurichois de 71 ans aura passé 14 ans au Conseil fédéral sans jamais se couler totalement dans le moule. L'ancien président de parti sera resté un "UDC pur sucre".

 

ATS

Publié le 30.09.2022

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Partager cet article sur:

Ueli Maurer a sans cesse jonglé entre la collégialité et les gages à son parti. Dernier exemple en date, la crise du coronavirus où il est apparu en sauveur avec les crédits aux entreprises, tout en laissant filtrer son envie de déconfinement plus rapide que le reste du gouvernement.

Tout au long de la crise, il s'est efforcé de ne pas trop desserrer les cordons de la bourse et de permettre aux entreprises de se maintenir à flot. Une stratégie qui lui a valu des louanges tous partis confondus.

A l'aise aux Finances

L'exercice n'a pas été de tout repos, mais les défis ne lui font pas peur. En 2016 déjà, le conseiller fédéral reprend le Département des finances alors qu'il semblait usé par sept ans à la Défense. Le comptable de formation a vite paru à son aise.

Son bilan a mis du temps à suivre. En 2019, le grand argentier réussit à faire passer la réforme fiscale et au financement de l'AVS (RFFA). Deux ans plus tard, il convainc la population de rejeter l'initiative "99%" de la Jeunesse socialiste visant à imposer plus fortement les revenus du capital des contribuables les plus fortunés.

A l'inverse, le ministre a essuyé plusieurs camouflets. En 2017, le peuple balaie sa troisième réforme de l'imposition des entreprises qui devait mettre fin aux privilèges fiscaux accordés aux multinationales. Il refuse en 2020 les déductions fiscales pour enfants et frais de garde. Cette année, le Zurichois a successivement échoué à faire abolir le droit de timbre et, pas plus tard que dimanche, l'impôt anticipé.

Pression internationale

Aux Finances, Ueli Maurer a dû gouverner sous une pression étrangère constante. Le secret bancaire ayant déjà fait place à l'échange automatique d'informations, le ministre UDC a annoncé la fin des excès de zèle face à l'OCDE et une offensive pour mieux vendre la place financière.

C'était sans compter la réaction de l'Union européenne au piétinement de l'accord-cadre. Le grand argentier a dû vite convaincre le Conseil fédéral d'activer le droit d'urgence pour protéger la place financière d'une non-reconnaissance de l'équivalence boursière suisse au 1er juillet 2019. Son plan semble fonctionner pour l'instant.

L'abandon unilatéral de l'accord avec l'UE pourrait faire d'autres remous. Mais ce ne sera plus au terrien attaché à son Oberland zurichois de multiplier les voyages à l'étranger pour défendre les intérêts de la Suisse. Et de risquer les faux-pas. De manière générale, Ueli Maurer n'a pas brillé sur la scène internationale. Personne n'a oublié sa prestation ratée sur CNN après sa rencontre avec Donald Trump dans le Bureau ovale.

En Suisse, il a par contre recueilli davantage de lauriers, notamment auprès de la majorité bourgeoise du Parlement. Ueli Maurer s'est façonné une image de père la rigueur. Il n'a cessé d'aligner durant des années des programmes d'économies malgré des comptes excédentaires. L'ardoise du coronavirus a tiré un trait sur ses efforts pour effacer la dette.

Bérésina des Gripen

Craignant de se retrouver avec un nouveau Christoph Blocher au gouvernement, les Chambres n'avaient élu Ueli Maurer en 2008 qu'à une voix près. Le nouveau ministre de la défense a tout de suite abandonné le style vindicatif de sa présidence de l'UDC suisse.

Alors seul membre de son parti au gouvernement, il a d'abord multiplié les formules chocs. Entre l'idée de dénoncer la Convention européenne des droits de l'homme, ses critiques envers la politique suisse face à la Shoah et sa comparaison des femmes avec des "ustensiles hors d'usage", les exemples abondent.

Son bilan à la Défense ne donne pas de quoi pavoiser. Le major qui avait fait ses classes chez les cyclistes a subi une cuisante défaite en 2014 avec le refus par le peuple des Gripen pour plus de trois milliards de francs. Sa campagne a été jugée calamiteuse.

Reste un mystère: nul ne sait si Ueli Maurer a initié les autres ministres à ses talents particuliers. Il est capable de distinguer 40 variétés d'herbe rien qu'à leur goût. Il s'est aussi fait remarquer lors de son élection par un cri de ralliement à mi-chemin entre le yodel et le hululement. ATS

 

La réaction de Jacques Bourgeois, Conseiller national fribourgeois PLR depuis 2007

« J’apprécie beaucoup sa personnalité. Très abordable et agréable, il est très proche des gens, à l’écoute des autres. Quand on lui parle d’un problème, il cherche des solutions. Il est aussi très attaché à la terre et à ses racines paysannes. J’ai vu Ueli Maurer s’épanouir au Département des finances où il est comme un poisson dans l’eau. On le sent vraiment à l’aise. Il a bien tenu les cordons de la Bourse. Il maîtrise bien ses dossiers et l’ensemble des finances fédérales. En commission, il a rarement besoin de l’appui de l’administration pour répondre aux questions. Rigoureux, il aura veillé à ce que le frein à l’endettement soit toujours respecté car les dépenses liées ne cessent d’augmenter. »

 

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11