La Liberté

«Nous voulions cette place de N°1»

Thomas Stauffer: «Durant ces six ans, il n’y a pas eu de cassures qui auraient pu nous conduire à changer de cap.» © Keystone-archives
Thomas Stauffer: «Durant ces six ans, il n’y a pas eu de cassures qui auraient pu nous conduire à changer de cap.» © Keystone-archives
Partager cet article sur:
21.03.2020

Thomas Stauffer, entraîneur en chef de l’équipe de Suisse messieurs, est fier de la saison de ses protégés

Ski alpin » Entraîneur en chef de l’équipe de Suisse messieurs, Thomas Stauffer se livre sans retenue dans une interview à Keystone-ATS. Le Bernois ne cache pas qu’il déborde d’ambitions pour une équipe qu’il a menée cet hiver vers des sommets presque insoupçonnés.

La saison s’est conclue de manière abrupte en raison de la pandémie du coronavirus. Comment avez-vous vécu ces dernières semaines?

Thomas Stauffer: Nous avons toujours pensé en premier lieu à la santé des skieurs et des autres membres de l’équipe. Même si les décisions ont mis un certain temps à tomber, la FIS a agi comme elle devait le faire.

Tous les domaines skiables sont aujourd’hui fermés. Quel est le quotidien de vos skieurs?

Nous avons définitivement tiré le rideau vendredi dernier. Les skieurs sont rentrés à la maison. Ils peuvent, s’ils le désirent, travailler sur le plan physique. Mais l’heure est plutôt à la récupération. Nous devons veiller à ce qu’ils bénéficient de bonnes conditions d’entraînement lorsque le temps sera venu de reprendre le collier.

Vous devez être un entraîneur heureux. L’équipe de Suisse messieurs est désormais la meilleure...

Il est gratifiant de regarder la place qui est la nôtre aujourd’hui. Cette place de N°1, nous la voulions. Nous l’avons obtenue grâce à la progression de nos skieurs et à leur faculté de réussir une grande performance le jour où il le fallait.

Quels sont les skieurs qui vous ont vraiment surpris?

Je ne veux pas commencer à répondre à cette question. La liste est trop longue... Mais le fait est que nous avons été en mesure de lutter pour les premières places dans toutes les disciplines. Nous nous sommes présentés au départ de chaque course avec la ferme conviction de pouvoir la gagner. Il y a cinq ans, nous étions bien loin d’avoir la même approche.

Vous avez repris au printemps 2014 une équipe qui n’était que la sixième dans la hiérarchie. Comment expliquer une telle métamorphose en moins de six ans?

Grâce à un effort constant dans toutes les disciplines. Si une équipe veut prendre la main comme nous avons pu le faire cet hiver, elle doit être devant dans chaque course. Etre présente par exemple sur les 10 ou 12 slaloms de l’hiver.

N’avez-vous jamais douté?

J’ai toujours eu la foi. La chance aussi d’avoir du temps. Nous avons rencontré des débuts un peu compliqués. Au printemps 2015, Didier Défago et Silvan Zurbriggen ont, ainsi, pris leur retraite. Ils ont laissé un certain vide. Mais la relève s’est opérée presque naturellement. Même s’il y a eu des disciplines qui ont souffert parfois de manque de résultats, j’ai le sentiment que nous avons toujours su conserver un certain équilibre. Durant ces six ans, il n’y a pas eu de cassures qui auraient pu nous conduire à changer de cap.

La Suisse est désormais l’équipe à battre. Que cela change-t-il ?

Il est exclu de nous reposer sur nos lauriers. J’attends de mes skieurs une implication totale dès cet été. Nous avons encore bien des choses à prouver. Un Daniel Yule, pour prendre un exemple, n’a pas gagné la Coupe du monde de slalom malgré ses trois succès. A lui de remporter l’hiver prochain la course de plus qui changera tout. Je souhaite que Beat Feuz témoigne de la même constance. Je veillerai aussi à ce que Mauro Caviezel, après avoir remporté la Coupe du monde de super-G, bénéficie d’un entourage encore plus fourni pour demeurer le N°1 de la spécialité. ats

Dans la même rubrique
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00