La Liberté

L’affront de 2021 est lavé

Remco Evenepoel devient champion du monde sur route en Australie. Les Suisses battus

Publié le 26.09.2022

Temps de lecture estimé : 6 minutes

Partager cet article sur:

Cyclisme » Remco Evenepoel a fait parler sa classe à Wollongong, s’imposant en solitaire pour devenir champion du monde de la course en ligne. Les Suisses ont manqué le coche, le groupe de contre-attaquants de Mauro Schmid étant repris dans les derniers mètres. Christophe Laporte s’est paré d’argent et Michael Matthews de bronze.

Impressionnant vainqueur de la récente Vuelta, Remco Evenepoel offre à la Belgique son premier titre depuis le sacre de Philippe Gilbert. Le prodige de 22 ans efface ainsi la désillusion des championnats du monde 2021, dans lesquels la Belgique avait totalement manqué son affaire à domicile dans les Flandres.

Première depuis Hinault

«Je suis très heureux. J’avais les jambes. On a couru en équipe, on voulait ramener le maillot en Belgique. Que ce soit Wout (van Aert, 4e au final) ou moi c’était pareil. Lui avait comme consigne d’attendre et moi d’attaquer plus tôt, c’est ce que j’ai fait», a réagi Remco Evenepoel.

«C’est une année incroyable, avec des victoires dans un monument (Liège-Bastogne-Liège), un grand tour (Espagne), une classique (Classica san Sebastian) et un championnat du monde», a poursuivi le premier coureur à avoir remporté la même année un monument, un grand tour et l’or de la course en ligne depuis Bernard Hinault en 1980.

La déception doit être immense pour Mauro Schmid, parti en contre-attaque derrière Evenepoel et Lutsenko en compagnie de Pascal Eenkhoorn, Lorenzo Rota et Mattias Skjelmose. Le Zurichois de 22 ans, qui n’avait pas caché ses ambitions, semblait en effet avoir gardé suffisamment d’énergie pour décrocher une médaille.

Dur, dur pour Schmid

Mais, à force de temporiser après avoir rattrapé Lutsenko, le groupe s’est fait «avaler» in extremis par le peloton. Mauro Schmid s’est finalement classé 17e, juste devant Stefan Küng (20e). Silvan Dillier a quant à lui terminé 38e au sein d’un deuxième peloton, à 3’01’’ du nouveau champion du monde.

«J’étais fort aujourd’hui, et c’est très dur d’avoir été repris au dernier moment», a expliqué Mauro Schmid. «Mais nous avons trop joué au poker menteur. Tout le monde voulait une médaille, et on savait que l’or était pour Remco. Nous avons longtemps bien roulé, mais nous nous sommes trop regardés», a-t-il regretté.

La délégation de Swiss Cycling, brillante dans les contre-la-monte avec trois médailles (l’or par équipes mixtes, l’argent pour Küng, le bronze pour Marlen Reusser), a donc manqué son affaire dans les courses en ligne. Il n’avait déjà pas manqué grand-chose à Elise Chabbey (9e) dans la course élite dames (voir ci-dessous), et au Neuchâtelois Alexandre Balmer (15e) chez les M23.

Pellaud a fait le job

La Suisse avait pourtant maîtrisé dans un premier temps son sujet sur le plan tactique. Simon Pellaud (88e à 11’28’) avait ainsi animé à la perfection l’échappée du jour, qui comptait une quinzaine de coureurs et avait pu prendre plus de six minutes d’avance sur le premier peloton des favoris. Le Valaisan a rendu les armes juste avant que Remco Evenepoel ne dynamite la course. aTS


Du statut de favori au poste de police

Il voulait devenir champion du monde mais a passé la nuit au poste: le Néerlandais Mathieu van der Poel a vu son rêve virer au cauchemar dimanche après une altercation avec deux adolescentes. Il devra répondre «d’agression» devant la justice australienne. Arrêté par la police samedi soir avant d’être libéré au petit matin, le Néerlandais a bien pris le départ de la course en ligne, mais il a mis pied à terre au bout d’une trentaine de kilomètres seulement, à bout de forces et «détruit mentalement». Selon Christoph Roodhooft, le manager de son équipe Alpecin-Fenix, le multiple champion du monde de cyclocross n’a «pas dormi de la nuit», après un incident qui s’est produit samedi soir à l’hôtel des Néerlandais à Brighton-Le-Sands, dans la banlieue sud de Sydney, révélé par la chaîne flamande Sporza. Remis en liberté sous caution, Van der Poel devra comparaître devant le tribunal de Sutherland, là aussi en banlieue sud de Sydney, mardi. Au départ de la course en ligne, il n’a pas nié l’incident. «Oui c’est vrai, il y a eu une petite dispute», a-t-il dit à des journalistes. «J’ai voulu me coucher tôt hier soir mais il y avait plein d’enfants dans le couloir de l’hôtel qui n’ont pas arrêté de frapper à ma porte. Au bout d’un moment, j’en avais marre. Je leur ai dit, de manière pas très sympathique, d’arrêter. C’est alors que la police a été appelée et m’a emmené» au poste, a-t-il raconté. ATS


Suissesses valeureuses, van Vleuten héroïque

Les Suissesses ne sont pas passées loin de l’exploit samedi, mais elles ont dû se contenter de la 9e place d’Elise Chabbey.

La Genevoise et Marlen Reusser (13e) étaient dans le coup lorsque la course s’est jouée dans les 15 derniers kilomètres. La Bernoise a même tenté de s’en aller seule à 12 km du but, prenant une quinzaine de secondes d’avance, mais elle a été reprise avant le sommet de la dernière grosse bosse. «Le problème pour nous deux (elle et Elise Chabbey, ndlr), c’est que nous ne sommes pas des sprinteuses», a souligné Marlen Reusser. «Or, il y avait beaucoup de sprinteuses à l’avant, et elles n’ont pas travaillé», a poursuivi la vice-championne olympique 2021 du contre-la-montre, dépitée. «Marlen a bien joué le coup en attaquant», a quant à elle analysé Elise Chabbey. «Il m’a manqué très peu pour basculer avec le groupe de tête (après la dernière ascension, ndlr). Après, on a fait beaucoup d’efforts pour revenir, stupidement sans doute», a-t-elle ajouté.

Héroïque trois jours après sa blessure à un coude lors du chrono par équipes, Annemiek van Vleuten a quant à elle profité des secondes de flottement ayant suivi le regroupement pour placer son attaque. La Néerlandaise, victorieuse des trois grands tours cette saison et double médaillée olympique de Tokyo (or en clm, argent dans la course en ligne) cueille ainsi un deuxième titre mondial dans l’épreuve reine, après 2019. ATS

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11