La Liberté

Pour qui pleure deux fois

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Paolo Rossi (à gauche) et Diego Maradona: deux grands joueurs qui ont rejoint récemment le paradis des footballeurs. © Keystone-archives
Paolo Rossi (à gauche) et Diego Maradona: deux grands joueurs qui ont rejoint récemment le paradis des footballeurs. © Keystone-archives
Partager cet article sur:
12.12.2020

Pascal Dupasquier

Chronique

Disparition. Chaque vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle. Sujet de dissertation de mes années collège, la célèbre citation attribuée à l’écrivain et ethnologue malien Amadou Hampâté Bâ m’est revenue comme un boomerang, en pleine poire. C’était jeudi dès potron-minet, avec cette nouvelle arrivée aussi froide qu’un matin de décembre de l’ère Covid-19: «L’Italien Paolo Rossi, héros de la Coupe du monde 1982 remportée par l’Italie, est mort à l’âge de 64 ans.»

Soixante-quatre ans, ce n’est pas l’âge d’un vieillard. Soixante-quatre ans, ce n’est pas vieux pour s’en aller rejoindre le paradis des footballeurs. Reste que Pablito qui meurt, c’est un peu ma bibliothèque qui brûle. Après

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00