La Liberté

«Je n’ai aucun regret»

Nicola Spirig mettra un terme à son impressionnante carrière demain au Greifensee

Sascha Fey

Publié le 16.09.2022

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Partager cet article sur:

Triathlon » Nicola Spirig mettra fin à son impressionnante carrière demain lors de la course du Greifensee. Avant cela, elle a pris le temps d’accorder une interview à l’agence Keystone-ATS.

Pourquoi avez-vous choisi la course du Greifensee comme dernière course en tant que professionnelle et non un triathlon?

Nicola Spirig: Cela s’est fait comme ça. Je pourrais dire que j’ai commencé l’athlétisme et que je vais l’arrêter, mais ce n’est pas l’idée. Je trouve plutôt agréable que ceux qui veulent me revoir, par exemple mes parents, aient la possibilité de le faire en Suisse alémanique. J’ai toujours aimé faire la course du Greifensee, alors après la demande de l’organisateur Markus Ryffel, je me suis dit pourquoi pas.

Vous avez bien réfléchi à votre retraite, mais lorsque votre carrière s’achève définitivement, c’est encore autre chose. Dès lors, comment envisagez-vous la course?

On me demande souvent ce que je ressens maintenant. Actuellement, tout est encore normal pour moi, car je me prépare pour une compétition et c’est ce que j’ai toujours fait. Je ne pourrai dire ce que je ressens que dans deux ou trois mois. Ce qui est sûr, c’est que c’est la bonne décision pour nous. Je me réjouis de l’après, de passer plus de temps avec ma famille. Mais il est clair que certaines choses vont me manquer, le contraire ne serait pas logique.

Vous avez vécu de nombreux moments forts, mais le titre olympique de 2012 à Londres a sans doute été le plus grand moment de votre carrière?

Du point de vue de l’impact, oui. Le titre olympique a certainement eu le plus d’influence sur ma carrière au niveau de la perception du public. Cependant, la médaille d’argent, quatre ans plus tard, a été presque encore plus émouvante pour moi. J’étais tenante du titre, ce qui a rendu les choses plus difficiles. J’étais maman, ce qui a rendu les choses beaucoup plus difficiles. Et je me suis cassé la main en mars. Gagner une nouvelle fois une médaille a beaucoup compté pour moi. C’est agréable de se remémorer ça.

Malgré tous vos succès, y a-t-il quelque chose que vous auriez fait différemment avec vos connaissances actuelles?

Non, je n’ai aucun regret quand je regarde en arrière. Mon entraîneur, Brett (Sutton), m’a souvent dit que si nous avions commencé à travailler ensemble plus tôt, cela n’aurait pas fonctionné, car j’aurais été trop jeune pour cela. Pour moi, il était important de construire ma carrière de cette manière, d’étudier. En outre, il était encore dans une autre phase à l’époque. Il en allait de même pour beaucoup de choses. Bien sûr, en tant qu’athlète, on aimerait que les blessures disparaissent. J’aurais pu gagner encore plus. Mais peut-être que j’avais besoin de ces blessures pour avoir envie de m’investir autant.

La course du Greifensee est-elle vraiment votre dernière compétition ou seulement en tant que professionnelle?

Il m’est difficile de répondre à cette question maintenant. Pour l’instant, je ne participerai plus à des compétitions. Je n’ai aucune idée de ce qui se passera l’année prochaine ou dans cinq ans. Quand j’étais enceinte et que je ne participais pas à des courses, je ne trouvais pas cela si grave. En revanche, j’ai toujours besoin de faire du sport, je ne peux pas rester sans bouger. Ce ne serait non seulement pas bon pour mon corps, mais aussi pour ma tête. ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • Les Chiefs au rendez-vous

    Football américain » Les Chiefs, vainqueurs des Bengals au bout du suspense grâce à un Patrick Mahomes héroïque, et les Eagles, intraitables face à des 49ers...
  • Le bronze pour Kimmy Repond

    Patinage artistique » Deuxième médaille suisse aux championnats d’Europe d’Espoo! Comme Lukas Britschgi la veille, Kimmy Repond a cueilli le bronze sur la...
  • Après sept ans de disette

    Bobsleigh » Le bob helvétique va mieux. Michael Vogt et son pousseur Sandro Michel lui ont offert sa première médaille depuis 2016 dans des championnats du...
  • L’Ukraine met la pression

    JO 2024 » L’Ukraine a menacé hier de boycotter les Jeux olympiques prévus en 2024 à Paris si les athlètes russes et bélarusses y étaient conviés, face à...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11