La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Le prix des crémations est en hausse

La crise impacte les crématoriums où des économies sont peu envisageables. Visite à Saint-Léonard

Responsable du crématoire de Saint-Léonard, Jean-Robert Krebs pose sa main sur le cercueil. C'est son geste d'adieu, son rituel, répété quatre, huit ou douze fois par jour. © Alain Wicht
Responsable du crématoire de Saint-Léonard, Jean-Robert Krebs pose sa main sur le cercueil. C'est son geste d'adieu, son rituel, répété quatre, huit ou douze fois par jour. © Alain Wicht

Patrick Chuard

Publié le 01.11.2022

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Partager cet article sur:

Funérailles» La hausse des prix du gaz et de l'électricité impacte la crémation des défunts. Le crématorium de Saint-Léonard, à Fribourg, a fait passer sa taxe de 500 à 570 francs depuis le 1er octobre. "Ce tarif, qui reste l'un des plus bas de Suisse, n'avait pas changé depuis l'inauguration du crématorium en 2010. Nous espérons que cela suffira", explique Jean-Pierre Rossier, administrateur des pompes funèbres Murith, qui exploitent l'installation. A l'heure où plus de 90% des défunts sont incinérés, Saint-Léonard fonctionne six jours sur sept. L'an dernier, 2060 cercueils y ont ont été incinérés. "Nous consommons environ 140'000 m3 de gaz pour chauffer les fours. Et nous avons besoin de beaucoup d'électricité pour les installations", précise

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11