La Liberté

Un rêve chaotique, pas comme ta vie!

Un rêve chaotique, pas comme ta vie!
Un rêve chaotique, pas comme ta vie!
Partager cet article sur:
18.04.2020

ANTOINE GEINOZ, LECTEUR, BELFAUX

Lettre à nos aînés

Chère Tante Sœur Marie-Denyse, cette nuit, j’ai rêvé de toi. Nous étions en voiture, toi au volant, mon frère sur le siège arrière et moi à ton côté. Un rêve sans doute inspiré par le film regardé le soir précédent, où une femme d’âge mûr se lance à grand-peine dans l’apprentissage de la conduite automobile.

Je devais être ton moniteur – en tout cas, je t’indiquais la route; et tu faisais tout de travers, bifurquant à gauche quand je t’indiquais la droite et inversement. Comme par miracle, nous parvînmes à destination, sur le plateau de Pérolles où nous attendait une fête populaire et joyeuse.

Durant ce déplacement aussi cahotant que chaotique, je n’ai éprouvé aucun agacement, aucune crainte, ni envie de me moquer de ta performance. Juste une sorte de confiance, mi-aveugle, mi-consciente. Car je sais que tu ne peux pas nous faire de mal!

A mon réveil, j’ai eu un sourire affectueux.

«Devant cette église à laquelle nous avons été intégrés, tu as pris le voile, j’ai mis les voiles...»

De mes quinze oncles et tantes de sang, tu es la seule encore en vie. Quand je t’ai écrit pour ton 90e anniversaire, il y a quelques mois, c’est une de tes consœurs qui m’a répondu. Ecrire, téléphoner t’est devenu difficile. Tu es entrée dans le temps du repos, avec les soins que requiert ton corps et l’amitié que mérite ton cœur.

Entrer dans les ordres, c’est un peu sortir du monde… Mais toi, ma chère tante, tu as su garder le contact avec la société, d’une part dans des moments régulièrement partagés avec ta famille, d’autre part dans ton activité d’enseignante. Dans l’institut de formation pour jeunes filles où tu as œuvré durant plusieurs décennies, tu as gardé la conscience du monde profane, des aspirations de l’être humain à la liberté sous toutes ses formes. Tu as toujours porté un regard bienveillant sur celles et ceux qui ne feraient jamais le même choix de vie fondamental que toi, et qui peinent même à le comprendre.

Vocation d’inspiration divine? Influences humaines? Tous les chemins peuvent mener à Rome! L’essentiel, quand vient l’heure de se retourner sur son parcours, est de l’avoir vécu de façon plutôt heureuse. Toi, en tout cas, tu es restée fidèle à ton engagement; et contrairement à beaucoup d’autres, tu n’as jamais présenté de signes d’aigreur. Tu as toujours préféré savourer pleinement les quelques moments de convivialité et de fête que ta congrégation te consentait.

Devant cette Eglise à laquelle nous avons, toi et moi, été intégrés quelques jours après notre naissance, tu as pris le voile, j’ai mis les voiles… C’est peut-être cet habit un peu encombrant qui entravait ta conduite dans mon rêve!? Mais nous ne sommes pas là pour juger: continuons, chère Tante Sœur Marie-Denyse, à échanger, même à distance, des regards bienveillants!

Rubrique lancée par La Liberté, Arcinfo, Le Quotidien jurassien, Le Journal du Jura et Le Nouvelliste.

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00