La Liberté

Elle étudie, la tête dans les nuages

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Attaché à une corde arrimée au sol par une ancre, le ballon a culminé jusque à 1200 m dans le ciel arctique de Ny-Ålesund, en Norvège © Jörg Wieder
Attaché à une corde arrimée au sol par une ancre, le ballon a culminé jusque à 1200 m dans le ciel arctique de Ny-Ålesund, en Norvège © Jörg Wieder
Partager cet article sur:
09.10.2020

Doctorante à l’EPFZ, la Fribourgeoise Julie Pasquier a déjà effectué deux expéditions en Arctique

Charles Grandjean

Environnement » Craignez-vous plutôt le coronavirus ou l’ours polaire? En plein pic de l’épidémie, Julie Pasquier aurait certainement opté pour l’ours.

Cette doctorante de l’Ecole polytechnique de Zurich a passé les mois de mars et avril derniers à Ny-Ålesund, dans l’archipel du Svalbard, à l’extrême nord de la Norvège. L’objectif du séjour: explorer l’intérieur de nuages dits «en phase mixte» pour mieux saisir leur lien avec le réchauffement du climat. «Ces nuages sont une grande cause d’incertitude sur l’évolution climatique, car leur fonctionnement est méconnu. Mieux on les comprend, mieux on peut comprendre l’ampleur du changement climatique», éclaire cette chercheuse qui a grandi à Neyruz.

Un enjeu climatique

Mais à quoi bon aller chasser

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00