La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Les NFT, mais c’est quoi? Décryptage

Retour sur l’art virtuel des NFT après la frénésie de l’année dernière, qui s’est calmée

Akosua Viktoria Adu-Sanyah, King Penguin by Himself (2020). L’artiste, qui expose au Centre de la photographie de Genève, finance une partie de son travail par la vente de NFT. © Akosua Viktoria Adu-Sanyah
Akosua Viktoria Adu-Sanyah, King Penguin by Himself (2020). L’artiste, qui expose au Centre de la photographie de Genève, finance une partie de son travail par la vente de NFT. © Akosua Viktoria Adu-Sanyah

Samuel Schellenberg

Publié le 02.12.2022

Temps de lecture estimé : 10 minutes

Partager cet article sur:

Art » Considéré comme un produit largement spéculatif, l’art électronique au format NFT a mauvaise presse. Il l’a bien cherché, ceci dit, avec des ventes à plusieurs dizaines de millions l’an dernier pour des œuvres que n’importe quel ado geek aurait pu produire, se sont étonnés les tenants de l’art traditionnel. Des œuvres achetées avec des cryptomonnaies génératrices de nombreux fantasmes et de (presque autant) de scandales. Aujourd’hui, on sait que la frénésie de l’an dernier relevait d’une bulle passablement orchestrée. Qui a désormais explosé, faisant baisser drastiquement l’activité NFT depuis fin 2021. Tant mieux, sans doute, car cela permet de faire de l’ordre dans un secteur où les bonnes initiatives ont été largement occultées jusqu’ici. D&eacut

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Bons baisers de Birmingham

    Jonathan Coe » Avec Le Royaume désuni, l’écrivain signe une prenante fresque sociale. En 1978, lorsque Birmingham City céda son attaquant vedette Trevor...
  • pictogramme abonné La Liberté Le prix de la peur

    Mikhaïl Chevelev » Malgré la couverture élégante de la collection blanche de Gallimard, Le numéro un est bien un thriller qui pourrait finir sur nos écrans....
  • pictogramme abonné La Liberté Comédie humaine à l’hôtel

    José Seydoux » Roman ou théâtre? Au moment de refermer Roman d’hôtel de José Seydoux, le lecteur aura connu de jolies anecdotes nées dans un hôtel romand...
  • pictogramme abonné La Liberté Deux semaines pour un amour

    Andreï Makine » De la Crimée à Paris, l’écrivain Andreï Makine emmène le lecteur de son roman L’ancien calendrier d’un amour sur les traces de Valdas, un...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11