La Liberté

Les ethnies ciblées par Pékin

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Les ethnies ciblées par Pékin © DR
Les ethnies ciblées par Pékin © DR
Partager cet article sur:
24.04.2020

Comme les Ouïgours, les autres minorités musulmanes sont placées dans des camps de «rééducation» en Chine. Pékin veut siniser toutes les formes d’expression religieuse

Julie Zaugg, Hong Kong

La vie semblait sourire à Razila Nural. Récemment diplômée de l’université, la jeune femme musulmane de 23 ans venait de décrocher un emploi dans une agence de publicité et profitait de la vie à Urumqi, la capitale du Xinjiang. Née à Changji, au nord de la province, elle avait émigré avec sa famille au Kazakhstan en 2016, mais elle avait choisi de revenir en Chine peu après pour profiter des opportunités économiques sur place.

Mais tout s’est effondré en août 2017. Deux mois après un bref séjour au Kazakhstan, elle se faisait arrêter et interner dans un camp de rééducation. «Elle était enfermée dans une ancienne école reconvertie en centre de détention et devait dormir par terre, sans duvet, ni oreiller», raconte sa mère Nurbaqyt Qaliasqar, qui vit toujours au Kazakh

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00