La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Votations: un impôt nécessaire ou caduc?

Les parlementaires Olivier Feller et Samuel Bendahan s’affrontent sur la suppression de l’impôt anticipé

Pour Olivier Feller (à gauche), supprimer l’impôt anticipé est une réforme indispensable pour l’attractivité économique du pays. Pour Samuel Bendahan, c’est une incitation à la fraude fiscale. © Charly Rappo
Pour Olivier Feller (à gauche), supprimer l’impôt anticipé est une réforme indispensable pour l’attractivité économique du pays. Pour Samuel Bendahan, c’est une incitation à la fraude fiscale. © Charly Rappo

Sophie Dupont

Publié le 15.09.2022

Temps de lecture estimé : 9 minutes

Partager cet article sur:

Fiscalité » La droite veut supprimer l’impôt anticipé de 35% sur les obligations afin de favoriser les investissements en Suisse. La gauche se bat au contraire pour conserver ce qu’elle considère comme un outil contre la criminalité fiscale. Face-à-face entre deux conseillers nationaux, le libéral-radical Olivier Feller et le socialiste Samuel Bendahan.

A qui profite la suppression de l’impôt anticipé?

Olivier Feller: A la place économique suisse, aux emplois et aux recettes fiscales qui vont avec. Les entreprises seront indirectement bénéficiaires de la réforme. Aujourd’hui, elles ont tendance à émettre des obligations à l’étranger et privent la Suisse de toute une partie d’activités économiques dans le domaine des services financiers.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11