La Liberté

La petite musique intérieure d’un balayeur de rue

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Partager cet article sur:
14.03.2020

Critique » Pas d’effet de manche, pas de cache-misère, la nudité d’un récit et de mots forts. On pourrait dire: une forme de sobriété heureuse, qui convient parfaitement à l’esprit de Michel Simonet. L’auteur d’Une Rose et un balai s’est dit touché, jeudi soir, par l’adaptation scénique de son livre réalisée par le Théâtre des Osses.

La première s’est jouée avec la crainte que c’était la dernière (impression confirmée: cette production, prévue jusqu’au 4 avril à Givisiez, est condamnée). Ce qui n’a toutefois pas réussi à refroidir l’ambiance. Elle est nourrie d’un grand respect du texte, comme toujours au Théâtre des Osses. Yves Jenny s’empare des jeux de mots du cantonnier à la rose avec précision, avec fou

Même sujet
suivez-nous sur insta

 

Dans la même rubrique
Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00