La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Roschdy Zem dévoile un trauma personnel dans «Les Miens»

Le comédien passe derrière la caméra et filme avec esprit un traumatisme personnel

Roschdy Zem (debout) et Sami Bouajila: toute la tendresse d’un duo fraternel malmené par la vie. © Agora Films
Roschdy Zem (debout) et Sami Bouajila: toute la tendresse d’un duo fraternel malmené par la vie. © Agora Films

Olivier Wyser

Publié le 22.11.2022

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Les Miens » Comme le dit le proverbe: «une famille qui crie est une famille unie». Roschdy Zem, excellent comédien qui passe pour la sixième fois (déjà) derrière la caméra, le sait bien. Pour lui, la famille ce n’est ni tout blanc, ni tout noir, mais surtout encore moins tout rose. Le réalisateur de Chocolat et d’Omar m’a tuer revient avec un nouveau long-métrage sobrement intitulé Les Miens, dans lequel une fratrie de forts en gueule s’écharpe, se réconcilie, se soutient, pousse des cris mais surtout… s’aime sans conditions.

Il y a Moussa (Sami Bouajila), le grand frère altruiste et toujours prêt à donner un coup de main aux autres. Il y a aussi Ryad (Roschdy Zem lui-même), son opposé, le frangin obnubilé par sa carrière de présentateur télé et sempiternellement pendu &agrav

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11