La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Madame Fiorello n’aura jamais su

Emportée par la maladie au printemps, Mme Fiorello aura nourri jusqu’au bout l’espoir de découvrir ce qui était arrivé à son fils, disparu il y a 12 ans. © Tim Umphreys/Unsplash
Emportée par la maladie au printemps, Mme Fiorello aura nourri jusqu’au bout l’espoir de découvrir ce qui était arrivé à son fils, disparu il y a 12 ans. © Tim Umphreys/Unsplash

Michaël Perruchoud

Publié le 06.10.2022

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Partager cet article sur:

Le mot de la fin

Elle traînait sa maladie depuis des années, des éternités peut-être, mais elle la repoussait, elle n’en voulait pas dans ses pattes. Pas question de se laisser détourner de son but. Marie-France Fiorello avait besoin de toutes ses forces, des moindres bribes de son temps. Elle s’adressait à chacun, aux policiers, aux riverains, aux journalistes, aux passants, parce qu’elle ne voulait pas prendre le risque de manquer une piste, de se couper d’un espoir. Alors la maladie pouvait bien attendre, elle avait mieux à faire!

Mais les quêtes ne rendent pas immortel. Marie-France Fiorello s’en est allée au printemps sans que personne ne vienne lui dire ce qu’elle voulait tant savoir. Qu’était-il arrivé à Adrien, son fils, ce 6 octobre 2010?

Il avait 22 ans, il étudiait le droit. Réservé, secret, il r&eacu

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • pictogramme abonné La Liberté Ma vie trépidante sur papier glacé

    Le mot de la fin J’ai failli entamer une carrière de mannequin. Si, c’est vrai. Enfin, presque vrai. A l’époque, j’éclatais de jeunesse, mais il me manquait la...
  • pictogramme abonné La Liberté Gare aux embouteillages au paradis

    Le mot de la fin Vous êtes déjà allé en Thaïlande? Evidemment, le monde entier, voire un peu plus, est déjà allé en Thaïlande. Et on le comprend: des...
  • pictogramme abonné La Liberté Pour le pigeon, c’est pas du tout cuit

    Le mot de la fin Elle met du vieux pain sur son balcon pour attirer les moineaux, les pigeons. La petite dame de la chanson, celle qui s’essayait à la vie par...
  • pictogramme abonné La Liberté C’était la vie au temps de Lino

    Le mot de la fin Il était Jean Valjean. Il en avait les rides profondes et le regard qui sait la vie et qui en a tiré mieux que des conclusions: des valeurs....
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11