La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Anacker, le poète suisse d’Adolf Hitler

Fervent défenseur du nazisme, l’Argovien Heinrich Anacker fut l’un des poètes suisses les plus publiés

Heinrich Anacker a visité différents fronts où il déclamait de la poésie aux soldats, comme ici en Norvège occupée en 1942. © Archives personnelles de Charles Linsmayer/DR
Heinrich Anacker a visité différents fronts où il déclamait de la poésie aux soldats, comme ici en Norvège occupée en 1942. © Archives personnelles de Charles Linsmayer/DR
Avec son épouse Emmy à Berlin-Wannsee. © Archives personnelles de Charles Linsmayer/DR
Avec son épouse Emmy à Berlin-Wannsee. © Archives personnelles de Charles Linsmayer/DR

Alexander Thoele, Swissinfo

Publié le 09.09.2022

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Partager cet article sur:

Nazisme » Le «plus grand poète suisse» du XXe siècle a connu une fin tragique. Le 14 janvier 1971, en trébuchant sur de la glace dans une rue de Wasseburg, sur la rive allemande du lac de Constance, Heinrich Anacker se tape la tête au sol. «Le médecin lui a fait une injection et il est ensuite décédé sans douleur», a raconté laconiquement sa femme.

Lors des funérailles, aucun journal n’a publié la nouvelle. Aucun politicien local n’a envoyé de message de condoléances à la veuve. Le monde a semblé soulagé de sa disparition. Après tout, le Suisse était une persona non grata. Connu comme le «poète du front brun», Heinrich Anacker a emporté dans l’oubli, lors de sa disparition, son œuvre, parmi laquelle une centaine de poèmes écrits en hommage à Adolf Hi

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11