La Liberté

Pas de pression de l'UE sur la Suisse, assure son ambassadeur

L'UE a l’impression que la Suisse veut le beurre, l’argent du beurre et les faveurs de la laitière, selon Petros Mavromichalis (archives). © KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE
L'UE a l’impression que la Suisse veut le beurre, l’argent du beurre et les faveurs de la laitière, selon Petros Mavromichalis (archives). © KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE


Publié le 24.09.2022
Partager cet article sur:


L'Union européenne (UE) ne fait pas pression sur la Suisse en l'excluant du programme de recherche "Horizon Europe", assure son ambassadeur en Suisse Petros Mavromichalis. Elle attend "qu'on lui propose des solutions crédibles" pour avancer dans les négociations.

La proposition de la Suisse de régler les aspects institutionnels de manière verticale, accord après accord, ne clarifierait pas la situation "compliquée" d'aujourd'hui, explique M. Mavromichalis dans un entretien diffusé samedi par la Tribune de Genève et 24 Heures. "Quelles exceptions veulent les Suisses? Ce n'est toujours pas très clair".

Au terme des quatrièmes discussions exploratoires avec Bruxelles au début septembre, la secrétaire d'Etat Livia Leu indiquait ne voir aucune concession de la Commission européenne. L'UE ne veut plus de l'approche sélective proposée par Berne, lui répond l'ambassadeur. "Tant que les questions institutionnelles ne seront pas réglées, nous ne progresserons pas. Nous le disons depuis des années".

"Pas de passe-droit"

Selon lui, l'UE reste ouverte à une approche sectorielle, mais "à condition que les problèmes soient résolus partout". Ce que l'UE veut est "assez simple", ajoute-t-il. "Là où la Suisse participe à notre marché intérieur, elle doit respecter nos règles. Nous ne voulons pas de passe-droit".

Il rejette les exceptions demandées par la Suisse, notamment en matière de libre circulation des personnes. "On a l'impression que la Suisse veut le beurre, l'argent du beurre et les faveurs de la laitière", lâche-t-il, rappelant que l'UE a fait des "concessions majeures" au cours des négociations sur l'accord-cadre, auxquelles le Conseil fédéral a mis fin.

Quant au programme scientifique Horizon Europe, si la Suisse n'y participe pas, au contraire de la Turquie et d'Israël, c'est parce qu'elle n'est plus candidate à l'adhésion à l'UE, comme la Turquie, et n'a pas souhaité s'associer à la politique de voisinage de l'UE, comme l'Etat hébreu, indique M. Mavromichalis.

Malgré des négociations bloquées, la Suisse pourra compter sur l'UE en cas de pénurie de gaz l'hiver prochain, assure l'ambassadeur. "Je pense que la solidarité entre voisins est importante. On l'a vu pendant le Covid".

ats

Articles les plus lus
  • En direct

    Quatre à la suite pour Gottéron !

    Excellent week-end pour Fribourg-Gottéron ! Les protégés de Christian Dubé s'imposent 4-3 à Lausanne et enchaînent un quatrième succès de rang en National...
  • Incendie au GYB à Payerne

    Les élèves et les enseignants du Gymnase intercantonal de la Broye (GYB) à Payerne, soit quelques 1100 élèves, ont été évacués de l’établissement scolaire ce...
  • Explosion d'un bancomat à Gumefens

    Un bancomat de la banque Raiffeisen a explosé à Gumefens dans la nuit de jeudi à vendredi. Un important dispositif de police a été mis en place pour retrouver...
  • Musique: la Concordia à l'heure brésilienne

    La Concordia, le corps de musique officiel de la ville de Fribourg, a vécu vendredi à l’heure brésilienne à l’occasion de sa soirée annuelle qui s’est déroulée...
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11