La Liberté

Salle comble pour l'initiative anti Goya Onda

Une centaine de personnes ont assisté jeudi soir à la séance d'information sur l'initiative populaire cantonale qui veut inscrire dans la constitution la préservation et la protection du lac de la Gruyère.

Une centaine de personnes ont assisté jeudi soir à la séance d'information organisée par le comité de l'initiative "Sauvez Les Laviaux". © MT
Une centaine de personnes ont assisté jeudi soir à la séance d'information organisée par le comité de l'initiative "Sauvez Les Laviaux". © MT

MT

Publié le 21.10.2022
Partager cet article sur:

L’initiative vise en particulier le projet Goya Onda 2 de vague artificielle au bord du lac à Morlon. «Depuis deux ans, les citoyens de Morlon demandent un vote consultatif qui a toujours été refusé par le Conseil communal. C’est pour ça qu’on lance cette initiative, pour que la population puisse s’exprimer», a souligné le Bullois et employé communal à Morlon Jean-Pierre Macherel, alias Bob Morlon.

Le comité d’initiative pointe notamment du doigt l’emplacement de la vague, situé hors zone à bâtir et sur le domaine public des eaux. «On parle beaucoup de Goya Onda mais il y a aussi le reste du lac où des choses n’ont pas été bien faites», a relevé Daniel Savary, citant notamment la barre d’immeubles des Terrasses d’Ogoz au Bry. «C’est une balafre qui témoigne du manque de volonté politique de préserver le lac de la Gruyère», estime l’habitant d’Avry-devant-Pont.

A l’heure des questions, plusieurs citoyens se sont interrogés sur le fait que l’initiative vise à inscrire dans la Constitution la protection d’un seul lac et pas celle des autres étendues d’eau du canton. Mais aussi dans quelle mesure le texte de l’initiative pourrait réellement empêcher des projets. «Dans le cas de Goya Onda, s’il y a des oppositions lors de la mise à l’enquête et des recours, c’est un outil très fort pour les juges cantonaux et fédéraux pour dire que ce projet n’a rien à faire là», estime Daniel Savary.

L’un des porteurs du projet était également présent lors de la séance d’information. «Nous voulons aussi protéger les rives du lac. Ce n’est pas juste une vague mais un projet global qui va amener de la valeur au niveau touristique, en termes d’économie locale et circulaire. Nous comprenons les craintes mais il y a une cristallisation qui s’est faite sur ce projet», a souligné Flurin Mathieu, regrettant que peu de gens soient venus se renseigner sur ce projet alors que «la porte a toujours été ouverte».  

 

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11