La Liberté

16.09.2019

Effectifs en légère hausse pour la rentrée universitaire à Fribourg

La rectrice de l'Université de Fribourg Astrid Epiney a fait part des enjeux à venir en vue de maintenir la qualité de l'offre de l'institution. © Philippe Lebet - Keystone-ATS
La rectrice de l'Université de Fribourg Astrid Epiney a fait part des enjeux à venir en vue de maintenir la qualité de l'offre de l'institution. © Philippe Lebet - Keystone-ATS

ATS

L'Université de Fribourg accueille environ 10'500 étudiants à l'occasion de la rentrée 2019/2020, un effectif en légère hausse.

La rectrice Astrid Epiney a présenté lundi les enjeux du semestre d'automne dans la salle du Sénat, un lieu solennel garni de tapisseries fabriquées en France au 17e siècle. Au moment de commencer l'élaboration de la stratégie 2030, la Mayençaise a mis en exergue le niveau plus élevé d'exigence et de concurrence.

"Cela implique un engagement politique et financier pour l'avenir", a souligné Astrid Epiney, en particulier pour maintenir la dimension généraliste de l'académie. Le canton de Fribourg, avec sa contribution annuelle de 95 millions de francs, n'a pas nécessairement autant de moyens que de plus grandes collectivités.

Temps partiel

Au-delà de l'inauguration vendredi d'un master en médecine humaine, en collaboration avec l'Hôpital fribourgeois (HFR), l'Université de Fribourg offre plusieurs nouveautés. A commencer par les étudiants inscrits en droit qui pourront suivre leurs études de bachelor à temps partiel, avec un taux d'activité plus élevé que précédemment.

La Faculté de droit est la première en Suisse à proposer le nouveau cursus présentiel. L’Université de Fribourg entend ouvrir la voie académique aux personnes engagées, par exemple, dans les domaines de l’art, du sport ou de la politique, ou qui accomplissent un travail familial.

Les études de master peuvent d’ores et déjà être suivies à temps partiel. La différence avec le cursus à temps plein réside dans la durée des études.

Collège de France

La conférence de presse a permis de présenter la professeure Samantha Besson qui occupera la nouvelle chaire de droit international des institutions au Collège de France, à Paris. Elue par l’Assemblée des professeurs, elle continuera à enseigner à temps partiel à l’Université de Fribourg, où la Vaudoise est active depuis 2005.

Etablissement d’enseignement supérieur et de recherche public, le Collège de France est une institution unique au monde, a rappelé Samantha Besson, en soulignant que le choix des recherches y était libre. Il s’agit du plus prestigieux lieu voué à la recherche scientifique en France, et l’enseignement y est gratuit pour tous.

Couleur et insectes

Avec 10'500 étudiants, les effectifs sont en hausse de 1-2%, a noté Astrid Epiney. Les chiffres définitifs seront connus en novembre. Le renchérissement des taxes d'études (+180 francs, à 720 par semestre), valable pour la deuxième année, n'a pas eu d'impact négatif significatif, l'offre bilingue de l'Université demeurant attrayante.

Le professeur Ullrich Steiner a obtenu par ailleurs l’une des bourses les plus convoitées du Conseil européen de la recherche, l’ERC Advanced Grant. La bourse, de 2,5 millions d’euros, permettra au titulaire de la Chaire de physique de la matière molle de l’Institut Adolphe Merkle (AMI) de continuer pour cinq ans une étude sur la couleur structurelle chez les insectes et les plantes.

Nouveaux masters

Le programme de master Islam et société, unique en son genre en Europe, sera lancé lors du semestre d’automne 2019. Il permettra aux étudiants de soulever des questions centrales liées à l’auto-interprétation de la religion musulmane et d’élaborer des propositions pour répondre aux défis sociétaux.

Un master en sciences environnementales et humaines devrait être en outre proposé dès le semestre d’automne 2020. La filière interfacultaire sera accessible aux titulaires d’un bachelor de divers domaines. Il abordera les aspects liés à la justice sociale, en lien avec la répartition des problèmes environnementaux et l’intérêt de la protection de l’environnement.

Un master, "tout aussi porteur", en économie et analyse de données verra encore le jour à l’Université de Fribourg à l’automne 2020. Le cursus intégrera une formation de base moderne répondant aux exigences de la numérisation.

Articles les plus lus
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00