La Liberté

Histoire vivante

Victimes collatérales de Pearl Harbor

La famille Mochida, à Hayward en Californie, attend le bus qui la mènera au camp d’internement. Des étiquettes d’identification permettaient de garder la cellule familiale intacte durant l’évacuation.
La famille Mochida, à Hayward en Californie, attend le bus qui la mènera au camp d’internement. Des étiquettes d’identification permettaient de garder la cellule familiale intacte durant l’évacuation.
Des enfants nippo-américains prêtent allégeance au drapeau des Etats-Unis.
Des enfants nippo-américains prêtent allégeance au drapeau des Etats-Unis.
Un commerce japonais affiche son attachement américain après l’attaque de Pearl Harbor. © Dorothea Lange/Library of Congress/DR
Un commerce japonais affiche son attachement américain après l’attaque de Pearl Harbor. © Dorothea Lange/Library of Congress/DR
Monument «pour consoler les âmes des morts» au camp Manzanar, où vivaient 10 000 internés. © DR
Monument «pour consoler les âmes des morts» au camp Manzanar, où vivaient 10 000 internés. © DR
Partager cet article sur:
26.06.2020

Quand les Etats-Unis internaient leurs ressortissants parce qu’ils avaient «le visage de l’ennemi»

Michaëla Ngindu

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00